• C'est Parti pour durEr

    C'est Parti pour durEr

    Il y a des signes qui ne trompent pas. En début de semaine, tous les journaux titraient sur la determination sans faille des étudiants : ils ne changeraient pas de position tant que Villepin sans le retrait du CPE. Le tout était agrémenté de multiples reportages évoquant les manifestations étudiantes passées et la marche arrière des politiques qui s'en était aussitôt suivi. Une manière à peine voilée de dire à notre ami Villepin, "Tu vois, il n'y a pas de honte à reculer, tous tes petits amis l'ont fait...".

    Mais ce que les journalistes ont peut-être oublié, c'est cette fameuse phrase du premier ministre. "J'écoute ceux qui manifestent, mais j'écoute aussi ceux qui ne manifestent pas". On serait tenté d'ajouter, "surtout ceux qui ne manifestent pas". Dès mercredi, un peu découragés, les médias. Vendredi 24, l'ex-ministre des affaires étrangères a fait un premier pas en recevant les syndicats. Seulement, l'entretien a tourné court. L'un ne voulait pas parler de retrait, tandis que les autres n'attendaient que ça. C'est l'impasse. Dominique de Villepin est prêt à négocier, à condition de ne pas "dénaturer" l'esprit du contrat. Son chef de bataille semble surtout porter sur le renvoi sans justification. Autrement dit, la porte ouverte à tous les abus. Le CNE, qui existe depuis l'année dernière, a été révélateur de nombreux exemples. Les chefs d'entreprise sont unanimes à louer le CPE. Pour eux, cela permet de s'adapter à la conjecture et de pouvoir licencier sans souci en cas de difficultés économiques. Dans ce cas, qu'est-ce-qui les empêche de le stipuler en cas de renvoi ? Si leur entreprise connaît une véritable difficulté, ils n'ont rien à craindre. Personne ne se sentira lésé.

    Non, il faut se rendre à l'évidence, l'homme ne changera pas d'avis. Dominique de Villepin semble s'être engagé dans ce que nos amis appeleraient "a struggle for life", autrement dit, "un combat pour la survie". Avouer sa précipitation équivaudrait à reconnaître une grave erreur, celle d'avoir fait voter une loi par la force, sans consulter personne. Cela pourrait porter un coup fatal pour la droite aux présidentielles de 2007. Dès lors, plus qu'une solution, foncer tout droit, sans regarder sur les côtés.

    Reste que plus de la moitié des universités françaises est en grève, soutenues par leurs présidents, toute la gauche et les syndicats. Les lycéens se sont aussi joints au mouvement. L'euphorie risque cependant d'être de courte durée. En effet, le bac et les partiels approchent à grands pas. Le premier minsitre mérite-t-il que les étudiants sacrifient leur année pour lui ? D'autant plus que, lors des manifestations, les casseurs s'en donnent à coeur joie, saccagent tout sur leur passage. C'est la loi de la jungle. On se croirait revenu quelques mois en arrière, au plus fort des émeutes des banlieues, mais en plus violent.

    La meilleure solution serait de laisser le gouvernement se rendre compte par lui-même de son erreur, et de le sanctionner en toute connaissance de cause dans un peu plus d'un an. Ajoutons que le CPE fera d'autant plus de mal à la droite, que la presse étrangère s'en mêle. Newsweek apporte en ce sens un élement interessant au débat. Selon le magazine, même si un tel contrat contribue à la baisse du chômage (chez nos amis anglais, toutes les classes d'âges peuvent être licenciées du jour au lendemain), il a un effet pervers : celui de cacher le chômage chronique. Certains, découragés de ne trouver aucun emploi, ont tout simplement abandonné et les chiffres n'en prennent pas compte. 8,6% des 25-54 ans sont dans ce cas au Royaume-Uni, pays dans lequel le taux de chômage est de moitié moins infèrieur à celui de la France.

    Enfin, dans un tout autre registre, on sait depuis mardi que la précarité va bientôt toucher le milieu de l'audiovisuel. Plus precisemment, le 14 avril prochain. Ce jour-là, Je suis une célébrité, sortez-moi de là, débarquera sur TF1. Signe particulier, le programme ne durera que 15 jours ! Trois petits prime et puis s'en vont. Les ratages de Nice People et du Royaume sont passés par là...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :