• Dimanche 18 juin 2006

    LE BILLET DE LA SEMAINE (18/06)

    N°6


    La phrase de la semaine

    " Je suis patiente. Je ne vais pas attendre dix ans non plus !"

    (Evelyne Thomas, très patiente, qui meurt d'envie de revenir à la télé et le fait savoir dans Télé Poche)



    Serge et ses copains penseurs L'evenement

    Loin de la Coupe du Monde et autres transferts, cette semaine, c'est surtout la situation des quotidiens qui nous préoccupe. En ligne de mire se trouve Libération. Le départ de Serge July, qui devrait être décidé lundi, préoccupe une partie de l'équipe rédactionnelle. Ce départ n'est pas volontaire, loin s'en faut. La principal actionnaire, Edouard de Rotshild, invoque la situation du journal, dont les ventes ne suffisent pas à espérer un retour rapide à l'embellie. Pire, certains prédisent le dépôt de bilan. Souhaitons que l'on en arrive pas à une telle extremité. Mais ce que craignent avant tout les journalistes de Libé est qu'avec le changement probable de direction, la politique du journal ne change aussi. Preuve de cette volonté de changement, Edwy Plenel (ex-Le Monde) a été un temps pressenti.

    L'Humanité

    connaît également des difficultés. Dans ce cas précis, le problème dure depuis plus longtemps. Cela tient surtout au fait, à mon sens, que ce quotidien incarne une tendance (le communisme) depuis longtemps dépassée. Mais la disparition d'un journal, quel qu'il soit, n'est jamais souhaitable. France Soir, avec sa nouvelle formule desastreuse, faisant exception à la règle.

    L'autre coup d'éclat de la semaine, qui tient cette fois de la bêtise, est la décision du CSA de comptabiliser le temps de parole de l'UDF dans celui de l'opposition. Il y aurait une manoueuvre politique derrière ceci que cela ne m'étonnerait pas.. Après la mesure du temps de parole de Steevy pour le compte de l'UMP (Bourriquet étant encore considéré comme neutre, ouf !), le CSA persiste et signe dans le ridicule.

     

    Terminons ce tour d'horizon par notre habituel point sur les transferts. Après une semaine relativement calme, la machine s'est de nouveau emballée. On vous disait la semaine dernière que Christophe Dechavanne faisait du pied à France 2. Apparemment, la direction de la chaîne n'est pas interessée. Voilà pourquoi cet été, l'animateur présentera si tout va bien une formule remise au goût du jour de La roue de la fortune. TF1, qui devrait laisser sa chance à Dechavanne, n'est pas aussi clémente pour les autres. En ce sens, la nouvelle émission de télé-réalité, Le clan des ex, dans laquelle des people feminines devaient aider une femme à reconquérir son ex, est passé à la trappe. Le pilote n'a pas été jugé assez convaincant. On peut donc remercier Le Royaume, car maintenant les dirigeants s'y prennent à deux fois avant de nous refourguer des concepts ineptes.

    Notre ami Guy Carlier a finalement fait marche arrière après avoir été, selon lui, mal accueilli par l'équipe de Canal +. Cela me donne l'impression d'un nouvel élève, qui débarque en cours d'année dans une classe et qui est tout de suite rejeté. Racisme anti-gros ou esprit Canal en force ? Pour écouter la chronique de Guy, il faudra se rabattre sur Télé 2 semaines ou sur France Inter à la rentrée. Sur cette même antenne, Macha Béranger, la célèbre voix de la nuit, a été remerciée après 29 ans de bons et loyaux services. La direction entend en effet donner un coup de jeune à l'antenne. Au détriment des valeurs sûres ?

    Frederic Taddei Du côté de Francetelevisions, on est encore à la recherche de celui qui présentera le rendez-vous culturel de deuxième partie de soirée. Dernier nom en date, Frédéric Tadei, actuellement sur Europe 1 et Paris Première. Maïtena Biraben, elle, n'arrivera pas sur France 2, fidèle à Canal +. Cependant, le maintien de Nous ne sommes pas des anges est incertain. Jean-Luc Delarue dont la fréquence des émissions risque de diminuer, pourrait se voir confier la présentation et la production d'un talk-show quotidien au concept proche de C'est mon choix. Une seule information sûre cette semaine, Laurent Ruquier a accepté la case du samedi soir, en lieu et place d'Ardisson. Il souhaite montrer par-là qu'il a plusieurs cordes à son arc. Et du coup, la programmation de On a tout essaye, même le samedi, serait remise en cause. L'arrivée surprise sur la même chaîne pourrait bien être celle de Patrick Sabatier, pour remplacer Daniela Lumbroso (décidemment en disgrâce). Le grand retour de l'ex-animateur star des années 90 ? Quant à Marc-Olivier Fogiel, qui a animé sa dernière émission il y a une semaine, il n'arrivera finalement pas sur LCI, privilégiant ainsi RTL. Dommage, son contrat lui permettait de travailler sur une chaîne du câble et du satellite. Certains, comme un célèbre animateur en noir du samedi auraient tué père et mère pour bénéficier d'une telle possibilité.

    Dans le registre "on s'en moque un peu", Philippe Labro, sommé de choisir entre Direct 8 et France 3 (Légendes), se réfugiera sans doute dans le giron du groupe Bolloré. Franck-Olivier Gisbert perd son émission Cultures et dépendances pour un transfert express sur France 5, tandis qu'Hervé Bazin reste sur I Telé après avoir décliné l'offre de M6 qui lui proposait la présentation de son futur magazine d'information au nom très "avant-guardiste", 66 minutes.

    Gageons que le petit monde du PAF n'en restera pas là et que les mouvements se poursuivront jusqu'à début juillet. De quoi largement alimenter notre rubrique.


       

    Le tour du PAF en 5 audiences

     * Lundi, pour sa première programmation ce jour-là, la série Desperate Housewives a connu sa meilleure audience : 5 381 760 téléspectateurs et 22 % de part de marché, sur M6 bien sûr. Quand à France 3, pour le second numéro de la pitoyable Brigade des jardiniers, les résultats sont plus encourageants : 2 298 460 personnes pour 9,8% de PDM.

     

    * Mardi a été vraiment une journée exceptionelle, tant pour TF1 que pour M6 grâce au football. Sur la première chaîne européenne, vous avez été très exactement 14 687 720 téléspectateurs à regarder le premier match de l'équipe de France face à la Suisse, pour une part d'audience historique de 73 % !!! On n'avait jamais vu une telle performance dans ce créneau horraire depuis la création de Médiamétrie en 1989. A noter, un pic à 19h50, avec 19 228 580 téléspectateurs (77.4% PDA).

    M6 s'en sort très bien elle aussi avec le match Brésil/Croatie, suivi par 6 334 780 personnes, soit 26,7% de part de marché. Mieux que la Nouvelle Star !

    * Mercredi, les audiences de Laura (M6) se sont inscrites dans la continuité. 4 316 620 fidèles et 19 % de PDM.

     

    * Vendredi, le best of de Ciel mon mardi avec toute l'ancienne équipe a rassemblé 5.606.000 téléspectateurs sur TF1. Les parts d'audience atteignent 30.2% sur les quatre ans et plus, 42.5% sur les femmes de moins de cinquante ans, 44.3% sur les 15-24 ans et 43.1% sur les 15-34. Retour gagnant donc, puisque l'émission était en tête des audiences de la soirée.

    * Enfin,

    Dimanche, le deuxième match de l'Equipe de France, Corée du Sud/France (TF1) a réuni un nombre record de fans et moins fans du ballon, 18 051 320 personnes en tout ! La part de marché est gargantuesque : 66,7 % ! Deux français sur trois ont donc suivi la rencontre. A noter, un pic impressionnant à 22H39 précises : 20 337 660 supporteurs pour 78,5 % de PDM.

    Pour rappel, les trois meilleures audiences restent la finale de l'Euro 2000 (France-Italie; 21.4 millions de téléspectateurs), la finale du Mondial 1998 (France-Brésil ; 20.6 millions de téléspectateurs) et enfin la demi-finale de l'Euro 2000 (France-Portugal; 18.3 millions de téléspectateurs).

    Derrière, les chaînes ont fait ce qu'elles ont pu, c'est à dire pas grand chose. Le best-of d'ONPP a réuni 2 746 940 téléspectateurs (11% de PDM), France 2 a fait encore moins avec 2 578 760 curieux (9,4%) et M6 a connu l'un de ses plus mauvais scores en prime-time pour un film qui ne l'était pas moins : 1 401 500 inconscients (5,2 %). ARTE n'est pas très loin.              


    Lu dans la presse :

     

    D

    ans un Newsweek en grande partie consacré au football, Henri Kissinger, l'ex secrétaire d'Etat américain, évoque sa passion pour la ballon rond.

    " Les vainqueurs sont considéres comme des héros nationaux, les perdants sont traités comme s'ils avaient insulté leur pays. Un joueur colombien qui a contribué à la defaite de son équipe en 1994 en marquant un but contre son camp, a été assassiné quand il est retourné en Colombie. Manipuler une balle sur plusieurs mètres jusqu'aux cages opposées requiert des talents qui se rapprochent du ballet.[...] Le jeu se transforme en une sorte de géométrie qui consiste à trouver des espaces inoccupés à partir desquels on pourra lancer un but droit dans la lucarne.[...]"

     

    A l'occasion de la mort de Raymond Devos, de nombreux journaux ont eu la bonne idée de reprendre certaines de ses répliques cultes. En voici une sélection.

    - "Où est la mer ?" "La mer... elle est démontée !", "Vous la remontez quand ?", "Question de temps".

    - "Dieu, que ce que j'ois est triste !"

    - "Comme j'avais entendu dire : A quand les vacances ?... A quand les vacances ?..." Je me dis : "Bon !... je vais aller à Caen..."


                       

    Rendez-vous le 25 juin pour un nouveau Billet !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :