• Dimanche 24 septembre 2006

    LE BILLET DE LA SEMAINE                                       (24/09)

    N°20


    La phrase de la semaine

    (Canal Plus) - L'équipe de LA MATINALE, de gauche à droite : Léon Mercadet, Valérie Astruc, Alessandra Sublet, Bruce Toussaint, Stéphanie Renouvin et Marie Colmant

    " Les sondages, c'est comme les horoscopes. On sait que ça ne veut rien dire mais on ne peut pas s'en passer... "

    (Bruce Toussaint, La Matinale de Canal +, 18 septembre 2006)


    Dans l'actu 

    Revue de détail des principales annonces médias de la semaine.

    - Le festival de la fiction tv de Saint Tropez s'est achevé la semaine dernière. Vous pouvez retrouver le palmarès complet sur TV MANIA en cliquant ici.

     

    Le syndicat National de la Publicité Televisée a publié un rapport sur la durée d'écoute des télespectateurs et la publicité en general, pour le mois d'août 2006. Ainsi, les annonceurs ont investi 3.38 milliards d'euros dans les écrans des chaînes hertziennes nationales, soit une hausse de 6.1 %.

    L'audience de la TV reste forte. Au cours des huit premiers mois de l’année 2006, la durée d'écoute de la télévision auprès des individus âgés de ‘4 ans ou +’ est de 3 heures et 22 minutes en moyenne chaque jour. En 10 ans, la durée d'écoute par individu a progressé de 27 minutes par jour !

    La durée d'écoute est plus particulièrement en hausse auprès des ménagères âgées de moins de 50 ans et des jeunes femmes âgées de 25 à 34 ans (+ 6 minutes / jour) , des femmes actives ou des hommes âgés de 35 à 59 ans - (+ 5 minutes / jour).

    Dans les 24,73 millions de foyers équipés, la TV a été regardée 5 heures et 35 minutes par jour par l'un et/ou l'autre des 2,3 individus âgés de ‘4 ans ou +’ présents en moyenne dans le foyer. Depuis la prise en compte des foyers bénéficiant d’une réception numérique en 2000, la durée d’écoute par individu a encore progressé de 1 minute par jour pour les sept chaînes nationales hertziennes historiques et de 10 minutes par jour pour les "autres TV.

    La publicité à la télévision reste la valeur sûre des marques grand public. En août 2006, les annonceurs ont investi 272.8 millions d'euros bruts pour promouvoir leurs produits et services sur les six chaînes hertziennes nationales historiques, soit une pause - -1.1% sur un an - , après cinq mois consécutifs de forte croissance à + 9.1 %.

    Août est traditionnellement le mois le moins actif en publicité télévisée : en 2005, il a compté pour 5.3 % des investissements bruts des annonceurs. Entre janvier et août 2006, les investissements publicitaires bruts TV ont continué de progresser sensiblement et ont totalisé 3.38 milliards d'euros soit + 6.1 % sur un an représentant 195.0 millions d'euros bruts supplémentaires investis à la télévision par rapport à la même période en 2005.

     

    - Dominique de Villepin a affirmé mercredi que le gouvernement n'avait pas l'intention de faire payer la redevance audiovisuelle aux personnes regardant la télévision par le biais de leur ordinateur. Il vient ainsi contredire les propos de Jean-François Copé, qui estimait plausible cette possibilité, sous pretexte de "moderniser la redevance".

     

    - Secrets d'actualité a enfin trouvé un présentateur. Ce ne sera pas Stephane Basset, comme pressenti, mais Eric Delvaux, un quasi-inconnu dans le monde du petit écran. Il a beaucouo travaillé sur France Inter, en tant que joker et présentateur de la revue de presse du week-end. En attendant, Secrets d'actualité reprend le octobre avec un sujet qui devrait attirer à coup sûr du monde : les coulisses de la finale de la Coupe du Monde 2006 et le fameux coup de boule.

    - 20 minutes continue de concurrencer la presse nationale payante. Après le succès de son quotidien gratuit (dont la diffusion devrait augmenter sur Paris avant l'arrivée d'un nouveau concurrent), le journal prévoit le lancement d'un hebdomadaire (toujours gratuit, c'est le principe), consacré à l'économie. Son nom ? Rien n'est gratuit ! Aucune date de lancement n'est encore prévue.

    De son côté, Metro s'apprête à lancer un quotidien sportif gratuit. Voilà qui devrait faire du mal à L'Equipe.

     

    - C'est officiel : Beatrice Shoenberg arrêtera de présenter les journaux du week-end de France 2 dès le 25 fevrier. Elle sera de retour à l'issue des présidentielles, si et seulement si son ministre de mari n'est pas nommé premier ministre. En attendant, Patrick de Carolis lui confiera l'animation d'un prime time scientifique.

     


     L'image de la semaine

    Une fois n'est pas coutume, un journal, en l'occurence Voici, se serre d'un politique pour faire sa pub. Et c'est plutôt réussi avec un Laurent Fabius homme sandwich malgré lui.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et en bonus, une nouvelle affaire de censure autour de Sarkozy. Cette fois il s'agissait d'une campagne de pub pour la nouvelle formule de Telerama. L'affiche ci-dessous devait être affichée dans le metro parisien. Devait car elle a été refusée par la régie Metrobus.


    Le tour du PAF en audiences

    (sources : Satellifax, I mediasbiz, MSN, Le zapping du PAF)

    * Dimanche 17,

    En access,

     Sept à huit -> 5 662 060 (36,1%)

     La France en heritage-> 2 746 940 (16,1%)

     Ca Cartoon-> 1 177 260 (5,9%)

     Le Naufrage de l'Estonia-> 896 960 (5,6%)

     

    En prime time,

     Les experts -> 7 736 280 (30,1%)

     FBI : Portés disparus -> 4 765 100 (18,5%)

     Capital  -> 4 316 620 (17,9%)

     Fabien Cosma-> 3 363 600 (13,5%)

     Dead Zone-> 1 681 800 (6,7%)

     

     

    En seconde partie de soirée,

     Les experts -> 8 194 760 (33,2%)

     Urgences  -> 2 859 060  (11,6%)

     Enquête exclusive-> 1 401 500 (15,6%)


    * Lundi 18,

    En access,

     A prendre ou à laisser -> 4 372 680 (26,1%)

     On a tout essayé -> 3 083 300 (19,9%)

     Smallville -> 1 457 560 (9,3%)

     Le Grand Journal -> 896 960 (5,1%)

     

    En prime time,

     Alice Nevers, le juge est une femme-> 7 399 920 (36,1%)

    dont 31.6% des femmes de moins de 50 ans

     Une hirondelle a fait le printemps-> 5 269 640 (21,3%)

     Intuitions-> 3 643 900 (15,3%)

     Faut pas rêver-> 3 083 300 (15,3%)

     

     

    En seconde partie de soirée,

     Grey's anatomy record !-> 1er épisode4 596 920 (37,4%) dont 58,9% sur les 15/24 ans, 53,6% sur les 15/34 ans et 55,1% sur les femmes de moins de 50 ans.

                                                    2e épisode : 4 260 560 (51,7%) dont 70,4% sur les 15/24 ans, 67.8% auprès des femmes de moins de 50 ans et 64,9% pour les 15/34 ans.

     Complément d'enquête-> 1 569 680 (17,2%)


     Stigmata-> 1 065 140 (12,6%)


    * Mardi 19,

    En access,

     A prendre ou à laisser -> 4 024 500 (25,8%)

     On a tout essayé -> 3 083 300 (20,6%)

     Smallville -> 1 457 560 (9,6%)

     Le Grand Journal -> 728 780 (4,3%)

     

    En prime time,

     Braquage à l'italienne-> 8 409 000 (36,5%)

     Vive la cantine !-> 4 092 380 (17,6%)

     The Closer (la chaîne se met aussi aux séries US)-> 3 531 780 (14,4%)

     Football : Nantes/Toulouse-> 3 363 600 (15%)

     Dieu contre Darwin-> 1 289 380 (5,3%)

     

    En seconde partie de soirée,

     Vis ma vie-> 1er reportage3 083 300 (32,9%) dont 40,2% sur les femmes de moins de 50 ans.

                                      2e reportage : 1 681 800 (31,3%) dont 39,7% auprès des femmes de moins de 50 ans.

     T'empêches tout le monde de dormir ->  1 177 260 (18,9%)

     Jour de fête-> 616 660 (10,4%)


    * Mercredi 20,

    En access,

     A prendre ou à laisser -> 3 924 200 (25,9%)

     Actualités regionales -> 3 531 780 (26,7%)

     On a tout essayé -> 3 307 540 (23,2%)

     Smallville -> 1 177 260 (8,4%)

     Le Grand Journal -> 728 780 (4,6%)

     

    En prime time,

     Les sept péchés capitaux-> 5 662 060 (27,3%)

     Le tuteur-> 5 437 820 (23,3%)

     Football : Coupe de la ligue-> 4 316 620 (20,1%)

     Profils criminels-> 3 149 660 (14,7%)

     Victoire dans le Pacifique record ! -> 2 186 340 (9%)

     

    En seconde partie de soirée,

     Coupe de la Ligue -> 2 130 280 (21%)

     Juste Cause ->2 074 220 (25,7%)

     L'arêne de France -> 2 018 160 (22,4%)


    * Jeudi 21,

    En prime time,

     Navarro-> 7 624 160 (31,9%)

     Prison Break -> 5 381 760 (22%)

     L'union sacrée -> 3 251 480 (14,4%)

     Envoyé Special-> 3 027 240 (14,5%)

     

    En seconde partie de soirée,

     La Methode Cauet -> 2 298 460 (25,5%)

     Alzeihmer, jusqu'au bout de la vie -> 953 020 (13,4%)


    * Vendredi 22,

    En prime time,

     Star Academy-> 6 615 080 (31,3%). + 390 000 personnes en une semaine. Dans le détail : 39,9% sur les femmes de moins de cinquante ans, 39,2% sur les 15-24 ans et 39,7% sur les 15-34 ans. Pic d'audience à 21H24 avec 7,6 millions de telespectateurs.

     NCIS : enquêtes spéciales-> record de l'année ! 6 300 000 (25,2%) en moyenne, dont 36,5% sur les moins de cinquante ans.

     Homicides -> /

     Thalassa -> /


    * Samedi 23,

    En prime time,

     Lost -> 1er épisode :  6 334 780 (29,4%) dont 36,7% sur les femmes de moins de 50 ans, 40,3% sur les 15-24 ans et 44,9% sur les 15-34 ans.

                             2e épisode : 5 998 420 (28,4%) dont 37,3% auprès des femmes de moins de 50 ans, 39,9% sur les 15-24 ans et 44,9% sur les 15-34 ans.

     Sur un air de fête-> 5 437 820 (27,3%) dont 13,7% sur les ménagères de moins de cinquante ans.

     La bête du Gevaudan ->/

     Le Grand Marathon du Rire -> 2 700 000 (13,7%)

     

    En seconde partie de soirée,

     Preuve à l'appui -> 1er épisode :  4 709 040 (29,1%) dont 43,3% sur les femmes de moins de 50 ans.

                                              2e épisode : 4 092 380 (38,4%) dont 54,2% auprès des femmes de moins de 50 ans.

     On n'est pas couché -> 2 130 280 (34,5%) dont 27% pour les femmes de moins de cinquante ans.



      La série

                                                                    (n°3)

    Retrouvez chaque semaine des extraits du dernier livre de Guy Carlier, 10 ans de chroniques.

     

    - Chronique de la Coupe du Monde 1998, samedi 13 juin

    " J'ai reçu également une lettre de Lilian Thuram et de Thierry Henry, qui me demandent de transmettre à Jean-Marie Le Pen le message suivant : " J'espère que vous nous avez vus hier sor, avant le match France-Afrique du Sud, chanter La Marseillaise à tue-tête. Vous voyez bien qu'on la connaît aussi bien que vous, la seule différence c'est qu'après avoir chanté La Marseillaise, nous, on fait rêver les mômes, et que d'autres leur donnent des cauchemars."

    Eh oui, hier soir à Marseille, y'a pas que l'Afrique du Sud qui a été battue, un cyclope a été humilié, et ce n'est pas le moindre des bohneurs de ce match."

     

    - Chronique de la Coupe du Monde 1998, mecredi 17 juin

    " En ce qui concerne l'opération "Des cerveaux pour les hooligans", nous commençons à recevoir beaucoup de cerveaux... Bon, là evidemment, nous effectuons une selection impitoyable. Par exemple, nous avons dû, à regret, refuser celui de Daniele Gilbert qui, sur le plan de la qualité était impeccable, rien à dire, puisqu'il était encore sous blister d'origine, jamais servi, impeccable... En revanche, il y avait un défaut d'usine, un neurone qui répète sans arrêt : "Je reviendrai...". Vous comprenez bien que greffer à un hooligan un cerveau qui lui fait dire "je reviendrai", c'est pas possible."


    Lu dans la presse

    Le 10 septembre, à exactement 23 heures 09, le blogueur

    Loïc Le Meur
    , se lâche : « Je voterai pour Nicolas Sarkozy ». Le 12 septembre, à 13h22, une dépêche AFP tombe : « Loïc Le Meur, personnalité du blog, annonce son soutien à Nicolas Sarkozy ». (...) Quelques heures après, tous les sites d'information (Libération.fr, La Tribune.fr, NouvelObs.com…) affichent la nouvelle, reprise à la télévision. Vous parlez d’une nouvelle !

    Voilà un entrepreneur, Loïc Le Meur, dirigeant de la plate-forme de blogs Typepad (...) qui fait largement partager sur son site ses sympathies libérales, qui a réalisé une interview vidéo particulièrement complaisante de Nicolas Sarkozy en 2005, et qui s'est dernièrement laissé prendre en photo aux pieds du patron de l'UMP lors de la dernière université d'été de ce parti. Pour une nouvelle, c'était donc une sacrée nouvelle ! Un exemple parlant en tout cas sur l’obsession des médias qui entretiennent le Sarkobuzz.

    (L'espresso de Telerama, mardi 19 septembre)

    L'affaire Montebourg

    , vue par la presse

     

    Celui qui avait osé appeler tous ses congénères responsables politiques à déserter les émissions de divertissement. Le même, à peine bombardé porte-parole de Ségolène Royal, n'a rien de plus pressé que de poser dans Gala, devant sa maison de campagne. Il fallait s'y attendre, chers auditeurs. Tous les mêmes. Tous à la soupe. On cherche donc le magazine, tremblant d'y découvrir les pièces de la trahison. (...) Quelque part à l'intérieur de la cage de papier glacé, en compagnie de Britney Spears et de Segara. Il est donc là, entre la star de la pop et le voleur de patates de la télé, capturé, prisonnier, épinglé, encagé, perdu. (...) Gala s'est fendu d'un titre à la Gala : «Le play-boy de Ségolène.» Et ce sous-titre accablant, du magazine qui n'est pas peu content de sa prise : «En devenant officiellement le porte-parole de la reine des sondages, le trublion du PS a retourné sa veste.»

    En un titre et une photo, se trouve donc rassemblé tout ce qu'on craignait. (...) La cause semble entendue : Montebourg est tombé dans la soupe des people. (...) Et puis, en regardant encore de plus près, apparaît en creux ce qui manque, dans les deux pages. Par exemple, la chaleur de l'entourage familial. Absent le fils aîné (...), Absente la conjointe, (...) Et, finalement, on devine bien tout ce qu'il n'a pas cédé. On l'imagine bien, négociant avec le photographe les modalités de la reddition : OK pour le jardin, mais pas la cuisine, ni le salon. Et pas de femme, pas d'enfants, pas de chien, pas de jogging. Et pas davantage de sourire, évidemment. OK pour prêter mon corps à Gala, je ne voudrais pas sembler faire la leçon à la patronne en faisant la fine bouche, mais vous n'aurez pas mon âme.

    (...) on voit aussi que «l'imprécateur rose», après avoir mis le bout du doigt dans le système, se tient debout sur les freins pour éviter de se faire découper en morceaux. (...) Mais ce que l'on retiendra, au total, c'est la rumeur de la défaite. Pour tous les auditeurs d'Europe 1 et du buzz qu'elle orchestre, seule surnagera la fracassante nouvelle : Montebourg est dans Gala . Toute négociation avec le système est illusoire. La pomme de terre ne négocie pas avec la soupe.

    (" Montebourg est dans Gala ", par Daniel Schneidermann, Libération, vendredi 15 septembre)

     

     

    Est-il possible d’être dans Gala sans l’avoir voulu, ni souhaité, ou en l’ayant refusé ? C’est ce qui est arrivé au responsable public que je suis, et ce qui vous permettra de juger des moeurs journalistiques de notre époque. Le journaliste auteur de cet article d’ailleurs aussi désobligeant que grotesque n’est autre que Daniel Bernard, journaliste salarié au journal Marianne. (...) Il était d’ailleurs a Frangy en Bresse pour enquêter sur la nature de l’alliance que j’étais en train de nouer avec la candidature de Ségolène Royal. Il s’attarda après le tumulte quand le soir fut venu et me posa fort légitimement quelques questions sur l’évolution de la situation politique. Je fus surpris en lisant son journal de constater plus tard que ces matériaux informatifs n’avaient pas été utilisés dans ses articles successifs parus sous sa signature dans Marianne.
    La semaine dernière l’intéressé m’appelle et me dit qu’il pigeait pour Gala. (...) Je lui ai dit que je ne souhaitais pas apparaître dans cette publication. Il m’a répondu avec un culot d'acier qu’il "ne m’en laisserait pas le choix". J’ai donc demandé deux choses : que ma vie privée n’y figure pas puisque ma femme et moi-même ne nous sommes jamais exposés dans la presse même locale. (...) Je lui ai également demandé de faire figurer dans son article mon refus des indiscrétions sur ma vie personnelle. Il m’a assuré - certainement pour m attendrir- que ce serait le cas. Ces deux engagements ont été trahis par ce journaliste. L’article qui fait état d’éléments de ma vie personnelle est construit a partir de ragots non vérifiés déjà parus dans des livres qui me concernent.

    Quant à la photo, elle a été prise il y a plusieurs mois par un photographe indépendant lyonnais qui m’avait demandé de réaliser un reportage sur le terrain en Bresse. Les photographies dans le jardin de ma maison bressanne ont été prises exclusivement en extérieur parce que le photographe souhaitait un décor rural bressan et familier. J’étais loin de penser que tout cela finirait dans Gala ! C’est bien la ma seule imprudence.
    Pour le reste, peut-on enfin comprendre que c’est la presse qui nous réduit nous les responsables publics à des people ridicules, à des caricatures peu ragoûtantes, et qui ne nous permet pas de nous exprimer sur nos projets, nos convictions, et nos idées. Que dois je faire cher Daniel Schneidermann devant autant de petitesse ? Que dois je faire cher Daniel Schneidermann devant autant de petitesse ? (...) Faire un procès a "Gala" ? C’est certainement ce que je vais faire, mais vous verrez qu’on criera au censeur.

    (...) Il y a d’énormes problèmes a régler en France. Les dirigeants politiques que nous sommes n’y arriveront pas seuls, ils auront besoin des citoyens, et pour assurer le dialogue entre eux d’une presse solide, sérieuse et attache a l’avenir de notre beau pays.

    (" Cher Daniel Schneidermann ", par Arnaud Montebourg, Libération.fr, dimanche 17 septembre)

     

     

    Daniel Bernard, journaliste à Marianne, a été sanctionné d'un avertissement par la direction de l'hebdomadaire pour avoir signé dans Gala un portrait d'Arnaud Montebourg «On ne peut pas accepter ce mélange des genres, explique Maurice Szafran, directeur de la publication de l'hebdo. L'erreur de Daniel Bernard qui est un excellent journaliste, très rigoureux, c'est d'avoir publié ce article alors qu'Arnaud Montebourg l'avait informé qu'il ne souhaitait pas apparaître dans Gala.» Maurice Szafran ajoute que la direction de Marianne n'était pas au courant de ce projet de portrait.

    Le journaliste, qui pige régulièrement à Gala, a par ailleurs été entendu, lundi matin, par la Société des rédacteurs de Marianne. «On l'a reçu pendant une heure pour lui dire qu'il avait fait une connerie. Mais on le soutient dans cette épreuve difficile, déclare Périco Légasse, président de la SDR. (...) Une réunion de la SDR doit se tenir mardi matin pour réfléchir à des «règles très strictes» concernant les piges des journalistes de Marianne dans d'autres journaux.

    (" Le mélange des genres passe mal à Marianne ", Libération.fr, lundi 18 septembre)

     

    « Arène de France » ou jeux du cirque ?

    Dans sa pub, France 2 a beau jeu

    de mettre en scène Stéphane Bern, présentateur de ce nouveau « talk » du mercredi, sous le slogan « 0 % langue de bois, 100 % débat ». Certains visiteurs du forum de la chaîne, jugent, eux, ce programme lancé le 6 septembre « 100% café du commerce ». « Discussions de comptoir »,peste l’un,« j’appelle au boycott », tonne l’autre.

    (...) Racoleur mais porteur. La preuve par les « débats » ont suivi: « Faut-il enfermer les psys? » ou ce soir,« la société est-elle devenue pornographique? » Une prime à la polémique qui rappelle les grandes heures de « Ciel mon mardi! » sur TF1.

    (...) Mercredi prochain, le député UMP Christian Vanneste, jugé en janvier pour injures à caractère homophobe, entrera dans « L’Arène » pour un débat titré « Faut-il donner tous les droits aux homos ? »

    « Son projet de loi appelant à une révision du pacs est dans l’actu », plaide Stéphane Bern. Avant de concéder qu’il était d’abord « assez rétif» à cette invitation.

    (20 minutes, mercredi 20 septembre, "L'arêne de France ensablée dans la provoc'")

     

     

    Morandini n’excite pas le CSA

    L’arroseur arrosé !

    Jean-Marc Morandini, l’animateur radio et télé

    qui se pose en père la morale cathodique, vient de se faire épingler par le CSA : son émission de Direct 8 «Morandini!» du 7 juin n’aurait pas dû contenir un reportage

    sur les sex-toys sans le logo « Interdit aux moins de 12 ans ». « Le Conseil ne tape pas toujours où il faut, se défend l’auteur de Télévérité : parents, vos enfants sont en danger. Notre sujet se voulait rigolo, et on peut voir bien pire, comme des décapitations à 20h50.»Et d’ajouter que « la prochaine fois, le logo apparaîtra » : il ne faudrait tout de même pas se brouille ravec les Sages.

    (20 minutes, vendredi 22 septembre)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :