• LE BILLET DE LA SEMAINE 

                     Michel Boyon, le nouvel homme fort du CSA.          

          

     (28/01)

    N°35


     La phrase de la semaine

    Au début, je recevais du courrier exclusivement masculin, qui n'avait pas toujours trait au foot d'ailleurs.   "

    (Estelle Denis, présentatrice de 100% Foot (M6), Télé 2 Semaines, 20 janvier 2007)


     

    Dans l'actu 

    Revue de détail des principales annonces médias de la semaine.

     - Nicolas Hulot l'a annoncé, il ne sera pas candidat à la présidentielle. Très bien, me direz-vous, mais quel rapport avec le monde des médias ? J'y viens, j'y viens. Figurez-vous qu'il y aurait comme un froid entre le défenseur de la planète et sa maison-mère, TF1. Selon Le Nouvel Obs, " depuis le mois de décembre, l'animateur s'est mis en disponibilité de la chaîne. Il ne touche plus son salaire et les diffusions de « Ushuaïa nature » ont été suspendues. La direction de TF1 n'a pas apprécié la transformation de son aventurier fétiche en personnage du débat public. Et les rapports entre Hulot et le PDG, Patrick Le Lay, se sont notoirement refroidis." A tel point que son retour sur la première chaîne européenne n'est pas confirmé.

     

     - De nouvelles têtes au CSA. Comme le pressentait la rumeur, Michel Boyon succède à Dominique Baudis. Voici l'intégralité du communiqué :

    " Conformément aux dispositions de la loi du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication, ont été nommés membres du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel à compter du 24 janvier 2007.

    1. Par le Président de la République : . Monsieur Michel BOYON, en remplacement de Monsieur Dominique BAUDIS

    2. Par le Président du Sénat : . Monsieur Alain MEAR, en remplacement de Monsieur Philippe LEVRIER

    3. Par le Président de l'Assemblée Nationale : . Monsieur Rachid ARHAB, en remplacement de Monsieur Francis BECK "

    Le PS a aussitôt critiqué ces nominations, notamment parce que désormais, le CSA est majoritairement à droite. Et la nomination à la dernière minute de Rachid Arhabne fait pas illusion. «Aucune personnalité de renom n'a voulu y aller, car le CSA semble condamné à court terme», explique un des contactés de dernière minute, car il pourrait fusionner avec l'Arcep, l'autorité des télécoms.

     

     - La taxe qui dérange. Certains députés UMP et PS souhaitent imposer une nouvelle taxe sur les abonnements au « triple play » Internet. Cette « super-TVA » va accroître les prélèvements des consommateurs à destination du CNC, qui fournit des aides financières au cinéma français. L'idée est de contraindre les abonnés Internet à payer un nouvel impôt indirect dans le but d'augmenter le financement public au cinéma français, alors même que cette politique de dépendance à l'égard de l'argent public a échoué. La France est derrière l'Allemagne, le Royaume-Uni mais également l'Italie et l'Espagne en nombre de fictions produites par an, ainsi qu'en investissement dans la fiction rapporté au PIB par tête. Le Parlement envisage d'imposer cette nouvelle taxe au lieu d'inciter à trouver des formes de financement plus saines liées à la vidéo à la demande. (source : Le Figaro)

     

     - Gerald Dahan connaît maintenant la technique pour faire parler de lui. Comment ? En piégeant une personne connue, à l'aide d'imitations hasardeuses, et de canulars bateaux. Mercredi dernier, c'est Segolène Royal qui en a fait les frais. La candidate socialiste aux présidentielles a cru être en ligne avec le premier ministre québecois, et s'est laissée aller à quelques confidences, notamment sur l'indépendance de la Corse, que souhaiteraient certains français. Et jeudi, l'"imitateur" était aux anges, interrogé de toute part. Reste une question : quel est l'intérêt d'une telle supercherie, si ce n'est de créer des remous politiques ?

     

     - L'affaire Villemin fait encore parler d'elle. Marie-Ange Laroche et Murielle Bole ont en effet décidé de porter plainte contre France 3 et Patrick de Carolis, le président du conseil d’administration de la chaîne. Selon l'avocat de Marie-Ange Laroche, Bernard Welzer, la fiction entendait démontrer la culpabilité de Bernard Laroche aidé par Murielle Bolle. Accompagné de Jean-Paul Teissonière, le défenseur de Murielle Bolle, et Jean-Yves Dupeux, avocat spécialiste du droit de la diffamation, Bernard Welzer demande 300.000 euros à la chaîne pour Marie-Ange Laroche et Murielle Bolle et 100.000 euros pour chacun des deux enfants de Marie-Ange Laroche. Rappelons que le 9 janvier, la cour d’appel de Dijon, faute de charge nouvelle, avait rejeté la demande de réouverture de l’information judiciaire sur l’assassinat de Grégory Villemin déposée par les avocats de Muriel Bolle. Les faits criminels concernant l’assassinat de Grégory Villemin seront prescrits en avril 2011. (source : Libération)


     Le gag de la semaine


    Le tour du PAF en audiences

    (sources : Satellifax, I mediasbiz, MSN, Le zapping du PAF)

    * DIMANCHE 21,

     Telefoot-> 3 475 720 (39%) meilleure audience de la saison

         Dimanche + -> 1 300 000 (8,3%)

     66 minutes -> 2 700 000 (17,1%)

     Sept à huit-> 6 783 260 (32%) meilleur score depuis janvier 2006

     Six minutes-> 4 100 000 dont 42,3% des ménagères de moins de cinquante ans

     

    En prime time,

     La Recrue-> 9 689 000 (38,4%)

     Embrassez qui vous voudrez-> 4 989 349 (19%)

     Capital-> 4 652 980 (17,8%)

     La Fonte des Neiges-> 3 083 300 (11,9%)

    Voyage à Deux-> 560 600 (2,1%)

     

    En seconde partie de soirée,

     New York, section criminelle-> 5 101 460 (36,7%)

     Enquête exclusive->  2 354 520 (20,4%)

     Faîtes entrer l'accusé-> 2 354 000 (21,5%)


    * LUNDI 22,

     Les Guignols -> 3 476 000 (13,9%) meilleur score depuis 1999

     

    En prime time,

     Diane, femme flic -> 7 680 220 (30,3%)

     Hiver 54 -> 4 540 860 (17,9%)

     Questions pour un champion -> 4 260 560 (17,2%)

     Ca reste entre nous -> 3 924 200 (15%)

    ReGenesis-> 840 900 (3,2%)

    En deuxième partie de soirée,

     Confessions intimes -> 3 475 720 (37,3%)

     Mots Croisés-> 1 457 560 (19%)

     Joyeuses Pâques-> 2 018 160 (14,7%)


    * MARDI 23,

    En prime time,

     Les Experts : Manhattan->  10 146 860 (37,3%) énorme !

     L'Enfant du Secret -> 6 951 440 (26,3%)

     Boomtown-> 1 513 620 (5,6%) bide...

     Dix Pièges à Eviter -> 4 036 320 (14,9%)

    Le Procès de Saddam -> 672 720 (2,5%)

     

    En deuxième partie de soirée,

     Vis ma vie ->  2 859 060 (34,5%)

     L'Abbé Pierre -> 1 737 860 (14,1%)

     T'empêches tout le monde de dormir-> 1 500 000 (22%)


    * MERCREDI 24,

    En prime time,

     La Fille du Chef-> 8 465 060 (33,4%)

     Louis Page -> 3 083 300 (12,1%)

     Vie Privée, Vie Publique -> 3 980 260 (16,6%)

     L'inventeur de l'année-> 4 596 920 (17,7%)

    La Resistance Juive -> 1 121 200 (4,2%)

     

    En deuxième partie de soirée,

     Preuve à l'appui->  4 204 500 (29,4%)

     L'Arêne de France-> 1 681 800 (17,9%)

     The Unit-> 2 242 400 (12,9%)


    * JEUDI 25,

    En prime time,

     RIS (saison 2) -> 7 568 100 (29,3%)

     A Vous de Juger -> 5 774 180 (24,2%)

     Patinage Artistique-> 3 475 720 (%)

     NCIS-> 3 587 840 (13,8%)

    Short Cuts -> 784 840 (3,2%)

     

    En seconde partie de soirée,

     La méthode Cauet-> 3 027 240 (35,8%)

     Stars des cités -> 1 009 080 (12,8%)


    * VENDREDI 26,

    En prime time,

     Les Enfants de la télé ->  6 054 480 (27,6%)

     Patinage Artistique ->  4 372 680 (18,5%)

     Thalassa-> 3 251 480 (13,9%)

    ? -> 840 900 (3,4%)

     Bones -> 5 942 360 (23,7%)


    * SAMEDI 27,

     50 mn Inside->  3 812 080 (22,1%) plus mauvais score depuis le début

     On a tout essayé...->  2 800 000 (16,2%)

     

    En prime time,

     Qui veut gagner des millions ?-> 7 680 220 (37%)

     La fête de la Chanson Française->  3 643 900 (22,5%)

     La Belle et le Sauvage-> 3 475 720 (16%)

     Les 4400-> 2 634 820 (11,8%)


     La série

     

                                                        (n°10)

    Quand la plus mythique des stars françaises, Isabelle Adjani, plaque Jean-Michel Jarre en public dans Paris Match, en juin 2004, elle commet une énorme erreur. Elle a fait ce qu'il ne faut jamais faire avec la presse people : multiplier les interviews. [...] Plusieurs mois plus tard, ils apprennent que l'actrice sort avec un chirurgien, Stephane Delajoux. Par pure coïncidence, il s'agit du médecin qui s'était rendu au chevet de Marie Trintignant pour tenter de la sauver en juillet 2003. Ravis de ce casting de choix, les paparazzis suivent le couple dans les rues de Paris, sur la plage... Lorsque les journaux découvrent en 2005 que le médecin est jugé, Isabelle Adjani commet une nouvelle faute. Pour la seconde fois en trois ans, elle contacte en personne les rédactions pour leur demander de ne rien publier sur son fiancé. Voici n'en tiendra pas compte. Non seulement l'article sur les soucis judiciaires du médecin paraîtra mais le journal raconte aussi comme la star a fait le tour des rédactions.

    Un célèbre chanteur, marié, est à l'inverse tellement paranoïaque qu'il fait très attention avec ses maîtresses. Il rencontre ses conquêtes chez elles. Il exige que la lumière soit éteinte et demande à l'interessée de tirer les rideaux et de fermer les volets avant de rallumer la lumière. S'il est à l'hôtel, il va jusqu'à refaire le ménage sous les yeux ébahis de sa maîtresse du moment, et, emporter le contenu de la poubelle de sa chambre afin de ne laisser aucune trace de son passage.

     

    Les Dessous de la presse people


    Lu dans la presse

    Il faut dire que le calendrier de ces nominations tombe particulièrement mal, en pleine campagne présidentielle, dont le CSA contrôle le traitement à la télé et à la radio. Jamais on aura vu nomination au CSA patauger autant dans la semoule. Et pourtant, en 2001, l'arrivée de Dominique Baudis avait déclenché un bel hourvari : comment ? Un politique nommé à la tête de la gendarmerie du PAF ? Scandale ! Et ce alors que, en 2001, le CSA comptait encore deux Sages sur neuf nommés par la gauche. Six ans plus tard, on devait avoir la totale : un CSA 100 % droite. La faute au mode de nomination calqué sur celui du Conseil constitutionnel : tous les deux ans, présidents de la République, du Sénat et de l'Assemblée nationale renouvellent trois des neufs conseillers (nommés pour six ans). Un système supposé assurer un équilibre politique : sauf que, depuis 2002 déjà, la droite squatte Elysée, Sénat et Assemblée !

    Sentant venir la fronde depuis quelque temps, l'Elysée tente de trouver une alternative au «grand chelem». Impossible de toucher à Boyon : Chirac a promis à Raffarin au moment de son départ de Matignon, en mai 2005, que son directeur de cabinet hériterait du CSA. La volonté d'ouverture doit s'exprimer sur les nominations de Poncelet ou Debré. Première trouvaille : les minorités visibles.

    (...) Finalement, Laure Adler, ancienne proche de Mitterrand, est approchée, même si Debré traîne les pieds. Adler accepte, mais uniquement pour devenir présidente ! Impossible, à cause de la promesse de Chirac. Mardi soir, en catastrophe, alors que le mandat de Dominique Baudis expire à minuit, Chirac et Debré sortent Rachid Arhab du chapeau. Idéal pour éviter le scandale. Fin de l'opération pieds nickelés en attendant la prochaine ? Non, car les programmes présidentiels du PS, de l'UDF mais aussi de l'UMP prévoient tous de mettre fin à l'actuel mode de désignation au CSA. Le PS préconise ainsi que les Sages soient nommés à la majorité des deux tiers par les députés et les sénateurs. Encore faut-il que le CSA survive à la fusion, annoncée pour cause de convergence, avec l'Arcep.

    (" CSA : huit sages à droite et un gage à la gauche",Libération, jeudi 25 janvier)

     

     

     

    Si, devant notre poste, nous sommes furieux, les annonceurs, eux, se frottent les mains, sûrs de capter notre attention, nous qui attendons fébrilement la suite du reportage. Certains aussi de rentabiliser trente secondes d'espace publicitaire pour lesquelles elles peuvent débourser des sommes astronomiques. (...) De quoi inciter les programmateurs des six grandes chaînes nationales à soigner le petit millier de clients qui a déboursé cinq milliards d'euros en 2006 !

    (...) Les chaînes ne fixent pas les tarifs de leurs espaces publicitaires en fonction de l'audience des programmes, mais d'après celle de l'écran de publicité, courbes de Médiamétrie minute par minute à l'appui. Celles-ci montrent qu'une coupure placée au milieu d'un film de cinéma à suspense ou d'une émission de divertissement ne fait perdre que 15 à 20% des téléspectateurs... mais près de 45% pendant la mi-temps d'un match de foot !

    C'est pourquoi les chaînes, avec leurs 12 minutes de pub autorisées par tranche de 60 minutes pour TF1 et M6 - 8 minutes pour les chaînes publiques -, usent de codes et d'astuces finement étudiés. L'une d'elle consiste à augmenter le son de 1 ou 2 décibels au début de la coupure. (...) Et le premier annonceur paiera toujours plus cher que les autres, parfois même le double.

    (...) Un conseil aux annonceurs voulant investir sans risque : se rabattre sur l'écran publicitaire qui précède Questions pour un champion, sur France 3. En effet, le très assidu public de Julien Lepers allume son poste quelques minutes avant le début du jeu pour n'en rien rater. Et la fidélité, la pub aime ça.

    (" La suite après la pub ",Télé 2 Semaines, lundi 20 janvier)

     

     

     

    Le piège tendu par Gérald Dahan à Ségolène Royal reste en travers de la gorge de Patrick Menucci. "On sent bien que tout ça c'est un montage de l'UMP. Monsieur Dahan manifestement est affilié à l'UMP. Il a animé plusieurs meetings de cette organisation", accuse le directeur adjoint de la campagne de Ségolène Royal, samedi en marge de la visite de la candidate PS en Martinique.

    Gérald Dahan s'est en effet produit dans plusieurs réunions internes de l'UMP, notamment en décembre lors de l'accueil de nouveaux adhérents. Mais selon son entourage, il nie toutefois être un militant UMP. Mercredi, il s'était fait passer au téléphone pour le premier ministre du Québec. Dans une conversation d'une dizaine de minutes, Ségolène Royal avait évoqué en plaisantant l'indépendance de la Corse.

    Patrick Menucci souhaite que cette campagne électorale ne devienne pas "une campagne que de boules puantes qui sont d'ailleurs toujours jetées dans le même sens. Quand elle sera présidente de la République, elle ne sera pas face à Dahan mais face aux Français et à leurs problèmes". Ségolène Royal, de son côté, s'est refusée à tout commentaire, jugeant l'histoire "secondaire et dérisoire".

    ("Dahan accusé d'être à la solde de l'UMP ",Le Figaro, samedi 26 janvier)

     

     

    Le 20e Festival international de programmes audiovisuels (FIPA) s'est ouvert mardi 23 janvier à Biarritz. (...) Nouvelle présidente du FIPA, la réalisatrice Caroline Huppert revendique les programmations audacieuses et internationales de cette manifestation qui présente, jusqu'au 28 janvier, 108 téléfilms et documentaires, venus de 31 pays.

    Vous critiquez le fait que la plupart des films présentés chaque année au FIPA ne trouvent pas de chaînes pour les acheter et les diffuser. Pourquoi ?

    Il est très difficile de convaincre les chaînes d'acheter des films étrangers, à l'exception parfois d'Arte ou de Canal+. (...) Les chaînes sont obsédées par l'idée de faire de l'audience, elles courent après la publicité et ne veulent pas prendre de risque en matière de programmation. Cette attitude n'engendre pas l'audace.

    Est-ce propre à la France ?

    Un peu partout dans le monde, les télévisions se referment sur elles-mêmes. Seule la culture marchande américaine échappe à ce phénomène. A l'heure où l'on parle de construire l'Europe, qui est capable de citer un seul film roumain ou polonais ? (...) Peu de films étrangers sont projetés en version originale. C'est grave, car écouter d'autres langues, entendre d'autres sonorités, c'est une ouverture au monde, une attention à l'autre.

    En Allemagne, au contraire, les coproductions avec les pays de l'Europe de l'Est se développent, et les acteurs des films allemands peuvent être bulgares, tchèques ou roumains. En permettant de découvrir des films venus d'un grand nombre de pays, le FIPA tente d'encourager la prise de risque.

    Le public est-il prêt à suivre une telle ouverture ?

    Si les télévisions présentaient régulièrement des films étrangers, le public aurait de bonnes surprises. Au lieu de ça, on voit les sempiternelles séries américaines : c'est presque une mono-programmation. Le public s'habitue à ce qu'on lui donne, plus il voit des séries et plus il demande à en voir. Pourtant, il peut s'intéresser à ce qui se passe ailleurs dans le monde. L'émission "Envoyé spécial" marche très bien, alors qu'elle parle de pays lointains, avec des reportages de qualité.

    (" Partout dans le monde, les télévisions se referment sur elles-mêmes ",Le Monde, jeudi 24 janvier)

     

     

     

    L'abbé Pierre vient défendre la loi SRU à l'Assemblée nationale

    L'abbé Pierre, roi des médias, un mégalo ? Faux, il a seulement inventé le tapage médiatique. Pour la cause.

    La radio est un service public. On ne lance pas comme ça des appels privés, il faut des tas de formalités. Ce n'est pas possible, je suis désolé!» Ce 1er février 1954, le responsable de la Radiodiffusion française qui fait la leçon au curé des chiffonniers ne sait pas encore qu'il vient de passer à côté du plus gros coup radiophonique des cinquante prochaines années. Quelques heures plus tard, devant le siège de Radio-Luxembourg, une autre station de radio, privée celle-là, au 22, rue Bayard, près des Champs-Elysées, s'arrête la 4 CV de l'abbé et de ses compagnons. Le prêtre porte la soutane, une barbe noire, des godillots boueux. Et le texte qu'il lit d'une voix fiévreuse - « Mes amis, au secours ! Une femme vient de mourir... » - restera dans l'histoire.
    Cinquante ans avant les enfants de Don Quichotte, Henry Grouès, dit l'abbé Pierre, a compris que les médias sont en train de devenir un des leviers privilégiés de l'action humanitaire.

    (...) Autant le prêtre est sévère pour ses paroissiens - «Vous avez fait de la maison de Dieu un temple où les déshérités ne sont pas chez eux. Dieu vomit vos messes et vos vertus», autant il soigne désormais ses apparitions publiques. Meeting au Gaumont-Palace, gala à la Gaîté lyrique... Coluche et ses enfoirés ne feront pas mieux.

    (...) Deux ans plus tôt, on lui propose de participer au jeu radiophonique « Quitte ou double » : « J'ai abandonné la carrière politique par refus d'y jouer les guignols, rétorque-t-il. Ce n'est pas pour accepter de le faire pour vendre du shampooing. » Mais, très vite, il se ravise et participe au jeu. Il repart avec un quart de millions de francs, et en profite pour administrer un des sermons dont il a le secret : «Maintenant, qu'est-ce que vous foutez ? Ce ne sont pas les 250 000 centimes ou je ne sais combien que j'emporte ce soir qui vont résoudre le problème, n'est-ce pas ?»

    (...) Lorsque dans les années 1970 les chiffonniers semblent passés de mode, c'est Coluche qui lui donne un coup de pouce. (...) Trois mois plus tard, lorsque l'humoriste se tue à moto, l'abbé Pierre célèbre l'enterrement. (...) Recru d'honneur, le vieil homme renonce très vite à sa retraite monacale de l'abbaye de Saint-Wandrille, au nord de Rouen, et retrouve le chemin des plateaux. Il confie à Bernard Kouchner : «La pire vacherie que l'on peut faire à un copain qu'on n'aime pas, c'est de lui souhaiter de devenir célèbre.»

    (" La pire vacherie, devenir célèbre ",Le Nouvel Obs, jeudi 24 janvier)

     

     

     

    Son sacre, le 14 janvier porte de Versailles, son score, son émotion, son discours. Pendant cinq jours, Nicolas Sarkozy a régné sans partage sur les médias. Le jour J, « le Journal du dimanche » titrait même : «Tout commence aujourd'hui». Sans autre explication. Si ce n'est pas la gloire, cela y ressemble. (...) Et ces accréditations de journalistes, délivrées jusqu'au matin même : plus de 800, dont la moitié d'étrangers. Même ceux qui ne sont pas directement en charge d'une rubrique poli-tique ont voulu assister à l'événement. Et, de l'autre côté du poste, le spectacle, soigneusement réalisé par les caméras de l'UMP, avec ses plans sur la larme de Micheline Chaban-Delmas ou le profil d'Edouard Balladur, a été repris sans sourciller par toutes les chaînes...

    Sarko président ? Pas encore. Mais Sarko empereur du microcosme médiatique, c'est déjà fait. Pourtant l'intéressé ne cesse de râler contre le mauvais traitement qui lui est infligé. (...) France 2, avec un « Sarkothon » (« A vous de juger », pour le vrai titre) de près de trois heures, remporte le pompon. Programmé juste avant que les règles du CSA empêchent de donner autant de temps à un seul !

    (...) En sous-estimant le phénomène Ségolène, de nombreux médias ont aussi - en creux - favorisé son concurrent. Le directeur de la rédaction de « la Tribune » a ainsi fait caviardé un sondage qui avait le tort de placer la candidate socialiste en tête pour «résoudre les problèmes économiques et sociaux de la France».

    Tous les journalistes ne tombent pas sous le charme - et le « problème Sarko » est une question sensible dans pas mal de rédactions : journée de grève à « Paris Match », motion de censure à « la Tribune », tracts syndicaux dans les chaînes publiques. Seulement, Sarkozy a organisé son omniprésence, il sature l'espace médiatique. Quand ce n'est pas le ministre de l'Intérieur qui fait l'actualité, c'est le président de l'UMP ou le candidat à la présidentielle. Le jour où un supporter du PSG est mort, la première réaction, à TF1, a été : «Encore du Sarko! On ne passe pas d'extrait !» Finalement, son propos était carré et percutant, l'extrait a été diffusé.

    (...) En retour, Sarkozy n'a pas affaire à des ingrats. «Quoi qu'il fasse, on envoie qui il faut», dit un journaliste d'Europe 1. «On surcouvre sous de faux prétextes, répond en écho France 2, on envoie des caméras sans discernement, dans l'espoir d'une petite phrase, d'un dérapage.» Lors de la présentation d'un rapport sur la police, en sa présence, deux services avaient chacun envoyé une équipe... alors que ce type d'info est inexploitable à la télé.

    (...) Il y a plus violent. Lui et les siens savent faire planer une forme d'intimidation, voire de menace. En riant... bien sûr. Recevant la rédaction du « Parisien », le premier flic de France interpelle ainsi l'auteur d'articles sur ses déboires conjugaux : «Moi aussi, je sais des choses sur votre vie privée...» Il insiste : «Moi aussi, je pourrais en dire, des trucs...» Et il y a l'autre version, glaciale celle-là, expérimentée par notre confrère de « l'Obs », Hervé Algalarrondo, sur qui Sarkozy a par deux fois pointé publiquement un index vengeur : «Je ne l'oublierai pas! Je ne l'oublierai pas!» Quoi donc ? Le numéro titré « Sarko secret », qui lui avait déplu.

    (...) Le 1er mars dernier, il vient au « Grand Journal ». Canal+ le voit débarquer «blême et fou de rage», selon un témoin, harponner Rodolphe Belmer, directeur général, etlui asséner un «coup de boule psychologique». Tout, à Canal+, l'énerve : « les Guignols », « 7 Jours au Groland », « la Matinale », Ardisson... Ce jour-là, c'est une micro-phrase de Michel Denisot dans « le Parisien » qui l'a ulcéré. L'animateur prend ses distances avec son invité : «J'avais fait un livre avec lui [...]. Il n'est plus vraiment le même, et je n'ai pas gardé de relation.» Il faut préciser que Sarkozy avait instrumentalisé sa venue au « Grand Journal ». Il avait « dealé », sans y associer Canal+, une couverture de « TV Magazine » (5 millions d'exemplaires !) en imposant sa mise en scène. La chaîne avait résisté puis, face au chantage, plié. Avec cette impression diffuse que s'il se retrouve à l'Elysée tout cela pourrait se payer.

    (...) «TF1 ne sera pas sarkozyste comme elle a été balladurienne en 1995, confie l'un de ses membres, cela nous a trop poursuivis.» Autrement dit, ne faisons pas trop de zèle, c'est ainsi qu'on servira le mieux les intérêts du groupe, mais aussi ceux de Sarkozy.

    (...) Au sommet des principaux médias, il compte nombre d'amis intimes dans le club des propriétaires : Martin Bouygues (TF1, LCI), Bernard Arnault (« la Tribune »), Arnaud Lagardère (Europe 1, « Paris Match », « le Journal du dimanche », plusieurs quotidiens régionaux)... Quand on dit «ami intime», ce ne sont pas que des mots. En 2004, Sarkozy dénoue les problèmes d'héritage d'Arnaud Lagardère, et ce dernier désigne publiquement son bienfaiteur comme «un frère». Il l'a prouvé en licenciant Alain Genestar : le directeur de la rédaction de « Paris Match » avait publié en une la photo de Cécilia Sarkozy avec son amant, sans prévenir son patron.

    (...) Au sommet des rédactions, aussi, Sarkozy a son réseau : les vacances au Pyla sont des occasions de fréquenter en privé Jean-Claude Dassier (LCI), dont le fils est d'ailleurs le conseiller internet de l'UMP. Ou encore le voisin d'Arcachon, Nicolas Beytout, directeur de la rédaction du « Figaro ». Jean-Marie Colombani (« le Monde ») est aussi un ami, si l'on en croit son ancien adjoint Edwy Plenel

    (...) Toutes ces « relations » n'obligent mécaniquement pas les rédactions à faire du pro-Sarko, mais disons qu'elles ne leur facilitent pas leur travail, surtout quand Sarkozy lance à un journaliste : «Tiens, j'ai dîné avec ton patron, hier.».

    (...) La toile tissée par le président de l'UMP, du haut jusqu'au bas de la hiérarchie - et c'est inédit à ce degré -, l'amène à ignorer délibérément la séparation des pouvoirs. (...) Il est intervenu pour sauver (en vain) « le Vrai Journal » de Karl Zéro sur Canal+. (...) Mais pourquoi se gênerait-il ? Il s'est même trouvé un Jean-Pierre Elkabbach, patron d'Europe 1, pour le consulter sur le recrutement d'un journaliste politique. Décidément, la règle d'airain édictée voici bien longtemps par Hubert Beuve-Méry garde toute son actualité : «Un journaliste doit être proche de ses sources et distant à la fois.»

    (" Comment Sarko met la presse sous pression ",Le Nouvel Obs, jeudi 24 janvier)


    votre commentaire
  • LE BILLET DE LA SEMAINE 

                               

    Shilpa Shetty, victime de racisme dans Big Brother, et à la une de tous les journaux britanniques et indiens cette semaine.

          

     (21/01)

    N°34


     Les phrases de la semaine

    Certains sont capables de dépenser 3€ pour une sonnerie polyphonique de 30 secondes, ou une place de concert à 140€, mais ils estiment qu'un morceau à télécharger de 0,99€, c'est encore trop cher. Cette échelle de valeur reste un mystère.   "

    (Dominique Leguern, directrice du Midem, qui s'est ouvert samedi, 20 minutes, 18 janvier 2007)

     

    " J'ai assisté à un crash en direct du pilote Montebourg qui s'est livré à un assasinat politique sur la personne du premier secrétaire du PS  "

    (Nadine Morano, députée UMP et témoin direct de la "boutade" d'Arnaud Montebourg, sur le plateau du Grand Journal, 17 janvier 2007)

     

     

    " Après la diffusion du documentaire Histoire d'une droite, une dame m'a écrit pour me dire : "Merci pour votre film qui m'a ouvert les yeux sur Le Pen ; désormais je vote Mégret !"  "

    (William Karel, documentariste et réalisateur de Poison d'Avril, diffusé sur ARTE, La Provence, 19 janvier 2007)


     

    Dans l'actu 

    Revue de détail des principales annonces médias de la semaine.

     - Cachez ce Sevran que je ne saurai voir. Dans Le Monde, daté du 16 janvier, Luc Laventure, directeur des programmes de RFO, a confirmé avoir suspendu l'émission de Pascal Sevran après ses propos racistes. " Je ne vois pas pourquoi on offrirait de l'antenne à quelqu'un qui tient de tels propos sur les peuples du Sud ", affirme-t-il. Un rapide retournement de veste, puisque le même homme affirmait quelques jours auparavant que la suspension du programme était dûe aux fêtes.

     

     - Les Golden Globes ont rendu leur verdict. Quelles ont étés les séries récompensées ? Réponse ici.

     

     - La crise de la presse ne touche pas que la France, loin de là. Chez nos amis anglais, ce sont les tabloïds qui vont au plus mal. Selon l'organisme de contrôle de diffusion de la presse, les ventes du Daily Mirror, de People et du Sun ont respectivement chuté de 8%, 13,5% et de 3%. Le Sun est notamment connu chez nous pour avoir, en plein débat sur la guerre en Irak fait sa une sur notre président en titrant : "Chirac est un ver !". En revanche, pour les quotidiens de qualité, le constat est moins douloureux, avec une baisse de 3% en moyenne. La cause du déclin ? Tout simplement le déploiement en force des quotidiens gratuits. Ils sont au nombre de 5, rien qu'à Londres.

     

     - L'audience m'a tuer. C'est ce que s'est sans doute dit Guillaume Lacroix, lorsqu'il a appris cette semaine qu'il serait dorénavant remplacé par Nikos Aliagas à la présentation de 50minutes Inside. Toutefois, l'honneur est sauf, il conserve la rédaction en chef du magazine.

     

     - Quand télé-réalité rime avec racisme. Une candidate indienne, Shilpa Shetty, qui participe à Celebrity Big Brother, sorte de Loft Story des célébrités en Angleterre, a été victime des moqueries vaseuses de ses autres partenaires. Son nom et son accent ont régulièrement étés moqués. Le peuple britannique s'en est ému et ils ont étés des centaines à envoyer des lettres de protestation à l'Ofcom, l'équivalent de notre CSA. Les politiques ont également dû communiquer sur l'affaire. Vendredi soir, l'une des principales ennemies de Shilpa, Jade Goody a été éliminée. Tous les détails dans LU DANS LA PRESSE.

     

     - Souvent redoutées, mais très attendues, les audiences radios pour la periode novembre-decembre 2006. Et pour la deuxième fois consécutive, RTL est première devant NRJ. Europe 1 stagne, France Info continue sa chute, NRJ est en baisse... Les résultats complets sont sur ce lien, et l'analyse dans LU DANS LA PRESSE, ci-dessous.

     

    Le PDG de France Télévisions, Patrick de Carolis, à Lille, le 17 mars 2006. | AFP/PHILIPPE HUGUEN - Coup de théâtre à la Star Ac' ! Euh, pardon, en fait c'est de France 2 qu'il s'agit. A la surprise générale, la chaîne a annoncé samedi le départ de Jean-Baptiste Jouy, son directeur des programmes. Dans son communiqué, France 2 indique : " Sur proposition de Patrice DUHAMEL et de Philippe BAUDILLON, Patrick DE CAROLIS nomme Eric STEMMELEN directeur des programmes et de la programmation de FRANCE 2. Jean Baptiste JOUY avait rejoint FRANCE TELEVISIONS en septembre 2005 après avoir occupé le poste de directeur des programmes en clair de CANAL+. Durant cette période, il a largement contribué au renouvellement des programmes de la chaîne : "Tout le Monde veut prendre sa place", "Vu du Ciel", "On n’est pas couché", "Toute une histoire", "bloc note culturel de Télématin", "Esprits Libres" notamment. Aujourd’hui, FRANCE 2 souhaite accentuer son virage éditorial. L’objectif est de renforcer encore l’identité de la chaîne, d’intensifier les programmes événementiels en première partie de soirée, tout en ayant le souci permanent d’une vraie valeur ajoutée de service public dans le choix des programmes. Plus que jamais, la création et la culture doivent trouver une place essentielle sur l’antenne de FRANCE 2. Compte tenu de cette volonté d’accentuer le virage éditorial, la Direction Générale de la chaîne et le directeur des programmes ont convenu de mettre fin à leur collaboration. Jean Baptiste JOUY tient à préciser, malgré cette séparation, son attachement à la chaîne et à ses équipes. (...) Eric STEMMELEN prendra ses fonctions le mardi 23 janvier prochain.."

    Et selon Le Monde, Eric Stemmlen est un proche de Patrick de Carolis.

     

     - Une huitième cérémonie poussive, animée par un Arthur aux blagues qui ne font rire que lui, tel est le bilan que l'on peut tirer des NRJ MUSIC AWARDS 2007. Pour le palmarès complet, c'est ici.


     

     Le gag de la semaine

     


    Le tour du PAF en audiences

    (sources : Satellifax, I mediasbiz, MSN, Le zapping du PAF)

    * DIMANCHE 14,

    En prime time,

     Opération Espadon-> 7 512 040 (29,1%)

     Le Voyageur -> 4 989 340 (19,6%)

     A Couteaux Tirés-> 4 148 440 (16,5%)

     Zone Interdite-> 3 643 900 (14,2%)

    Drôle de Frimousse -> 1 065 140 (4,1%)

     

    En seconde partie de soirée,

     New York, section criminelle-> 5 101 460 (36,7%)

     Enquête exclusive->  2 354 520 (20,4%)

     Un jour, une heure-> 1 289 380 (14,1%) petit début...


    * LUNDI 15,

    En prime time,

     Premier suspect-> 8 465 060 (32,8%)

     La traque des nazis-> 5 157 520 (20,2%)

     Le Temps des Yé-Yé-> 3 643 900 (14,3%)

     Harry, un ami qui vous veut du bien-> 2 859 060 (11,8%)

    ReGenesis-> 784 840 (3%) en chute libre

     

    En deuxième partie de soirée,

     Incroyable mais vrai->   2 298 460 (34,2%) nouvelle formule

     Complément d'enquête-> 2 018 160 (17,5%)


    * MARDI 16,

    En prime time,

     Les Experts : Manhattan->  9 193 840 (34,9%)

     Super Nanny-> 5 101 460 (19,6%) succès surprise !

     Football Reims/Bordeaux-> 4 484 800 (19,5%)

     Boomtown-> 2 859 060 (10,8%)

    Fifa : du Foot et du Fric-> 784 840 (3%)

     

    En deuxième partie de soirée,

     Le Droit de Savoir->  3 307 541 (42,1%)

     T'empêches tout le monde de dormir-> 1 200 000 (16,3%)


    * MERCREDI 17,

    En prime time,

     Mémoire de Glace-> 6 671 140 (26,2%) leader !

     Carla Rubens-> 5 269 640 (20,9%) echec industriel ?

     Football : Lyon/Le Mans-> 5 157 520 (22,2%)

     L'inventeur de l'année-> 4 933 280 (19,1%)

    Guerre du Pacifique...-> 896 960 (3,4%)

     

    En deuxième partie de soirée,

     Preuve à l'appui->  3 500 000 (25,3%)

     L'Arêne de France-> 1 625 740 (16,8%)

     The Unit-> 2 690 880 (16,1%) bon début


    * JEUDI 18,

    En prime time,

     RIS (saison 2) -> 9 642 320 (36,3%) belle remontée

     A vous de juger-> 3 924 200 (17,7%)

     Patinage Artistique -> 3 027 240 (12,3%)

     NCIS-> 4 036 320 (15,2%)

    Short Cuts -> 1 177 260 (5,8%)

     

    En seconde partie de soirée,

     La méthode Cauet-> 2 242 400 (27,8%)

     Stars des Cités -> 840 900 (12,1%)


    * VENDREDI 19,

    En prime time,

     Bones -> 5 774 180 (23,6%) 1er épisode nouveau

     2006, les images qui ont marqué...->  5 549 940 (26,4%) battu par M6 !

     Boulevard du Palais-> 4 709 040 (19,7%)

     Thalassa-> 3 531 780 (15,6%)

    Poison d'Avril-> 784 840 (3,3%)


    * SAMEDI 20,

     + Clair ->  900 000 (5,7%)

     50 mn Inside->  4 200 000 (23,5%) avec Nikos Aliagas

     

    En prime time,

     NRJ Music Awards->  6 502 960 (33,4%) animé par Arthur

     La Revanche des Stars->   4 148 440 (20%)

     Le fantôme du lac-> 6 054 480 (26,5%)

     Les 4400-> 2 410 580 (10,4%)

    Passage du Nord-Ouest-> 1 065 140 (4,6%)

     

    En seconde partie de soirée,

     New York Unité Speciale-> 3,3 millions (40%)

     On n'est pas couché->  1,2 million (20,4%)


     La série

     

                                                        (n°9) La presse people face aux attaques

    Les préjudices subis par les stars et les réparations qu'ils engendrent constituent une substantifique enveloppe pour les magazines people. Voici est de loin le journal le plus attaqué. En 2005, le journal a déboursé, selon nos calculs, sur les juridictions de Paris et de Nanterre, 884 000 euros au titre de dommages et intérêts versés aux stars. Si l'on ajoute les frais de justice versés aux plaignants (article 700), c'est 1,2 million d'euros que l'hebdomadaire a dû sortir de sa poche. Ce qui représente le salaire de 82 personnes payées au smic pendant un an.

    Un vrai budget qui ne prend pas en compte les frais d'avocats. Or, d'après nos informations, le cabinet d'avocats attitré du groupe de presse se rémunère sur un forfait de 3200 euros par affaires qu'il faut doubler en cas de procédure d'appel. En 2005, Voici a fait l'objet de 130 procès qui ont donc coûté au journal pas moins de 416 000 euros en frais d'avocat (hors procédure d'appel). Le budget contentieux du journal s'élève donc à au moins 1,6 millions d'euros. Un record dans la presse française. En tous cas, l'hebdomadaire devance largement ses concurrents directs. France Dimanche est loin derrière avec 402 250 euros et Paris Match arrive en troisième position avec 245 804 euros.

    Les Dessous de la presse people


    Lu dans la presse

     

    Un sondé sur deux estime que les Guignols de l’Info auront une influence « importante » sur le vote des électeurs en 2007, selon un sondage Ipsos pour

    Télé 7 Jours
    (en kiosque lundi 22 janvier), révélé par lefigaro.fr. Même si la question ne portait pas sur leur propre vote, ce résultat démontre, s’il en était besoin, le poids de l’émission satirique sur le débat politique. Chez les jeunes, le score monte même à 65%, et un phénomène identique concerne les plus diplômés : 64% des « bac +3 » estiment que l’influence des marionnettes sera importante.

    (...) De fait, la large enquête de Télé 7 Jours montre que l’évènement télévisuel le plus déterminant pour la course à l’Elysée sera le débat opposant les finalistes entre deux tours (63%). 31% des sondés disent même pouvoir changer de candidat entre les deux tours si leur poulain fait une mauvaise prestation à cette occasion.

    Viennent ensuite les autres débats entre candidats (56.5%) et leurs interventions aux JT (52%, mais plus de 65% pour les moins de 35 ans). Les spots de campagne n’auront d’importance que pour 35% des sondés, et les émissions de divertissement invitant des politiques seulement 20%.

    (" Les Guignols, arbitres de la de la présidentielle ? ",Le Figaro, jeudi 18 janvier)

     

     

     

    Pourquoi avez-vous décidé d'arrêter les Guignols en juin ?

    C'est au cours d'un dîner avec les auteurs des Guignols. On parlait des projets pour la présidentielle, et l'un d'eux m'a demandé : "Tu t'arrêtes quand ?". J'ai trouvé la question déplacée. C'était à la fois une vanne mais pas une vanne. J'ai réfléchi longuement et je leur ai répondu que j'arrêterai en juin, après la présidentielle. Cela correspondra à une fin de cycle.

    Vous n'aviez jamais songé à arrêter avant ?

    J'y ai pensé, mais je n'ai jamais pu. Il y a toujours eu un événement qui m'en a empêché. (...) Avec les auteurs des Guignols aussi tout va bien. Ils savent faire fonctionner l'émission au quotidien, et ils ont intégré l'idée que la liberté d'expression, ils n'ont pas à la gagner, ils l'ont. Donc ils n'ont plus besoin de moi. L'émission est plus forte que les gens qui la font. (...)

    Vous ne vous retrouvez plus dans les Guignols ?

    Je ne suis plus en phase avec leur public, qui a entre 15 et 34 ans. J'estime qu'à 48 ans je ne suis plus capable de leur parler. Je suis devenu pontifiant. (...)

    Allez-vous prendre position pour un candidat ?

    J'aurais aimé que, pour la première fois, on choisisse un candidat, mais ce n'est pas possible. Nous sortirions de notre rôle de caricaturistes. Les Guignols ne sont pas une machine politique. La seule position qu'on a prise, c'est de dire aux gens d'aller s'inscrire sur les listes électorales. (...)

    Le Parisien a révélé que vous avez dîné en décembre avec Ségolène Royal, ce qui n'a pas plu à vos collaborateurs...

    C'est un dîner auquel on m'avait invité et où il y avait Gérard Jugnot et le chanteur Cali. On m'a dit que Ségolène Royal y passerait peut-être. Et alors ? Elle est arrivée discrètement, sans garde du corps. On a parlé de choses et d'autres. Cela n'a pas plu aux auteurs des Guignols parce que le même jour ils préparaient un sketch sur Marie Drucker et Béatrice Schonberg, toutes deux compagnes de ministre.

    Ils m'ont fait remarquer l'hypocrisie qu'il y avait à dénoncer la connivence entre politiques et journalistes dans ce contexte. Je les ai encouragés à se moquer de moi à l'antenne. C'est la première fois que je dînais avec quelqu'un qui pourrait être président de la République. Et je continue cependant de penser que pour bien caricaturer les gens, il ne faut pas les fréquenter.

    Pour vous, les Guignols font de l'information ou de la caricature ?

    La frontière est difficile à établir. Est-ce que PPD est la caricature de PPDA ou est-ce qu'il est notre présentateur à nous ? Parfois l'image est un peu brouillée. Je pense que les Guignols contribuent à rendre curieux, mais ils n'informent pas.

    (Bruno Gaccio : "Je ne suis plus en phase avec le public des Guignols",Le Monde, jeudi 18 janvier)

     

     

    L’affaire oppose Shilpa Shetty, 31 ans, qui dans son pays a tourné une quarantaine de films, et quelques-unes de ses colocataires de Celebrity Big Brother, l’émission de téléréalité de Channel 4. (...) Shilpa s’est ainsi vue tour à tour traiter de «chienne», de «c...e», son glamour, son accent et son assurance sophistiquée ayant du mal à passer. Certaines de ses colocataires lui ont aussi reproché sa façon de cuisiner, lui ont demandé si elle «habitait dans une cabane», ou encore affirmé que si les Indiens étaient minces, c’est qu’ils étaient souvent malades, faute de cuire assez leurs aliments.
    Les larmes et les déclarations de la jolie actrice – «pourquoi me détestent-elles?» – ont fait le reste

    (...) La police a même fait état de «menaces» contre certains participants de l’émission. (...) Channel 4 avait dès mardi fait savoir qu’elle prenait «extrêmement au sérieux», tout comme le producteur Endemol, «les questions d’abus racial». Mais la chaîne avait défendu un programme qui montre «l’interaction sociale» des participants. Dans un communiqué diffusé mercredi soir, elle a affirmé qu’il n’y avait «pas eu d’injures ou de comportements racistes manifestes» visant Shilpa Shetty, précisant que les comportements racistes «sans ambiguïté» n’étaient pas tolérés dans l’émission. La chaîne a toutefois admis qu’il y avait «sans aucun doute un clash culturel et de classes entre elle et trois des filles britanniques».

    (...) Ces derniers jours, l’émission a gagné un million de téléspectateurs. Et Shilpa est donnée désormais gagnante probable de l’émission par la maison de paris William Hill.

    (" Tempête autour d'une émission de télé-réalité en Angleterre ", L'Orient Le Jour, vendredi 19 janvier)

     

     

     

    L'actrice indienne Shilpa Shetty, 31 ans, voulait se faire un nom en Grande-Bretagne. C'est réussi. (...) Mais l'émission a très vite dérapé. (...) Certains lui ont demandé si elle «habitait dans une cabane» et lui ont suggéré de retourner «dans les taudis» de son pays. D'autres ont mis en doute son hygiène (elle a mangé un plat avec les doigts). L'affaire est remontée jusqu'au Premier ministre, Tony Blair, qui a été interpellé à la Chambre des communes, et elle pollue le voyage officiel en Inde du ministre des Finances, Gordon Brown. Près de 30 000 plaintes ont été déposées auprès de l'Ofcom (le CSA britannique). Le patron de la chaîne, Andy Duncan (à droite sur la photo), est embarrassé... et satisfait : l'audience de l'émission a explosé ces derniers jours.

    (" Sur Channel 4, la télé-réalité depasse l'affliction ", Libération, vendredi 19 janvier)

     

     

    Si le sujet déchaîne les passions, les journaux anglais et indiens veulent réagir avec discernement. "Mettez un groupe de personnes égocentriques, égoïstes et ignorantes dans un espace aussi confiné que la maison de Big Brother, l'émission de Channel 4, et vous pouvez être sûr que quelque chose de déplaisant va se produire", note The Independent dans son éditorial.

    (...) Mais les réactions à cet incident ont pris des proportions jamais vues jusqu'à présent. Celebrity Big Brother "a provoqué des manifestations dans les rues indiennes, la consternation de Downing Street [siège du Premier ministre britannique], la condamnation de l'événement par le ministre des Finances britannique, Gordon Brown, lors d'une visite à Bangalore, et finalement une enquête policière", note The Guardian de Londres.

    (...) L'OFCOM, l'institution chargée de la surveillance de l'audiovisuel, a reçu 19 300 plaintes, un chiffre record, alors que 3 000 autres plaintes ont été adressées directement à Channel 4. En outre, une pétition en ligne a déjà réuni 20 000 signatures.

    (...) L'émission a également eu un impact extraordinaire en Inde. Pour le Guardian, "la polémique a réussi l'exploit de réunir tous les bords politiques. Communistes, nationalistes hindous et Parti du Congrès au pouvoir ont tous demandé des mesures pour rétablir la dignité de Shilpa Shetty". Le gouvernement indien a réagi par divers canaux, et "le ministre du Commerce indien, Kamal Nath, a déclaré à Gordon Brown que l'incident pouvait aboutir à une crise diplomatique", note le Times.

    (...) Mais, pour le quotidien de centre gauche, l'affaire ne se résume pas à une mauvaise polémique. Au contraire, le journal dénonce "les réalités du racisme au Royaume-Uni", qui touchent les 4,6 millions de personnes d'origine étrangère sur les 60 millions d'habitants. Et de constater que, "dans la vie de tous les jours, les Britanniques issus de minorités ethniques se trouvent souvent désavantagés en comparaison de leurs voisins blancs. Ils risquent plus d'être renvoyés de l'école, d'aller en prison, d'être mal payés et de se retrouver au chômage. Ils vivent dans des logements de qualité inférieure et sont victimes de la criminalité."
    (...)"Si le racisme est un fait palpable dans de nombreuses situations au sein de la société britannique, la discrimination est une réalité quotidienne dans la vie sociale indienne", assure
    The Indian Express dans son éditorial. En Inde, "nous allons plus loin, renchérit son confrère le Hindustan Times. Nous excluons les gens non seulement sur la base de la couleur de leur peau mais aussi en raison de leurs origines familiales."

    (" Quand la télé-réalité provoque un incident diplomatique ", Courrier International, vendredi 19 janvier)

     

     

    L'actrice indienne shilpa Shetty ne s'estime pas victime de discrimination raciale dans l'émission de téléréalité Celebrity Big Brother, a-t-elle déclaré lors d'un entretien jeudi dans le cadre de cette émission qui provoque un tollé en Angleterre.

    «Je ne pense pas qu'il y avait de la discrimination raciale à mon encontre», a indiqué l'actrice, qui n'est pas au courant de la polémique en cours depuis quelques jours en Grande-Bretagne et en Inde.

    Elle a estimé que le comportement de Jade Goody, l'un de ses colocataires particulièrement agressive à son endroit, était dû à «beaucoup d'insécurité. Mais cela n'a définitivement pas un aspect racial», a poursuivi Shilpa Shetty, qui a retiré ses propos de mercredi, où elle avait à l'inverse estimé être victime de racisme.

    «Je veux le retirer. Je ne pense pas que ce soit vrai. Les gens disent des choses sous le coup de la colère», a-t-elle dit.

    (...) «Si Jade s'excuse, je m'excuserai à mon tour et je me réconcilierai avec elle mais je ne pense pas que cela viendra de Jade. Elle pense que ce qu'elle a fait est juste et que c'était la manière correcte d'agir», a relevé Shilpa Shetty.

    (" Shippa Shetty ne s'estime pas victime de racisme ", Eparsa Magazine, vendredi 19 janvier)

     

     

     

    Des annonceurs britanniques ont annoncé jeudi la suspension de leurs contrats publicitaires avec l'émission de téléréalité «Celebrity Big Brother» et certaines de leurs participantes, accusées de propos racistes à l'encontre d'une des candidates, l'actrice indienne Shilpa Shetty.

    (...) Le PDG de The Carphone Warehouse, Charles Dunstone, a exprimé la «préoccupation» de la firme. «Nous sommes totalement opposés à toutes formes de racisme et brimades et ce comportement est de fait en complète contradiction avec les valeurs» de l'entreprise, a-t-il dit.

    Une chaîne de magasins de parfum, The Perfume Shop, a de son côté cessé de vendre une marque parrainée par une des participantes de l'émission, Jade Goody. Pour les mêmes raisons, la compagnie d'assurance Bennetts a mis un terme à son contrat avec l'ex-reine de beauté Danielle Lloyd, autre protagoniste de l'incident avec l'actrice indienne âgée de 31 ans.

    (" Des annonceurs britanniques suspendent leurs contrats ")

     

    Pour Shilpa Shetty en revanche, la polémique pourrait s’avérer de bon augure. Ainsi que l’a rappelé le quotidien indien «Hindustan Times», l'actrice a touché «une rançon royale» de 350.000 livres sterling pour rester enfermée dans l'appartement de «Big Brother». «Et nous ne sommes pas moins racistes en Inde», n'a pas manqué de souligner le quotidien.

    Vendredi soir, le public britannique devra choisir entre Shilpa Shetty et Jade Goody, sa principale adversaire. Pour les média, nul doute que l’actrice bollywoodienne sortira gagnante du duel.

    Quant à Channel 4, elle n’a jamais connu une telle audience, 5,7 millions de téléspectateurs ont suivi l’émission mercredi soir contre 3,5 millions en début de semaine, avant le début de la polémique.

    (" Celebrity Big Brother accusé de racisme ", 20 minutes.fr, vendredi 19 janvier)

     

     

     

    Gordon Brown a même souhaité que les téléspectateurs, appelés à départager vendredi soir l'actrice indienne Shilpa Shetty et sa principale ennemie, envoient un "message de tolérance".

    "C'est aux gens de décider eux-mêmes pour qui voter, mais je crois qu'un vote pour la Grande-Bretagne, c'est un vote de tolérance", a déclaré le chancelier de l'Echiquier

    (...) "Un vote pour la Grande-Bretagne, c'est un vote qui envoie le message que nous sommes -comme je crois que les gens en Inde et dans le monde le pensent-un pays de tolérance et un pays d'équité", a-t-il ajouté, appelant implicitement à voter pour l'actrice indienne Shilpa Shetty et éliminer Jade Goody.

    (...) Sous la pression, la chaîne privée Channel 4 a dû s'attaquer au problème. Elle a fait savoir que la production avait parlé aux ennemies de Shilpa Shetty, Jade Goody et Danielle Lloyd. Jade Goody, devenue elle-même une célébrité après avoir été malmenée dans une édition précédente de Big Brother, est donc venue jeudi soir présenter ses excuses à l'actrice indienne.

    "Je sais que ce qui s'est passé n'a pas été sympa pour toi (...) et que ce qu'on s'est dit l'autre jour est allé loin", a-t-elle dit, évoquant l'une de leurs disputes. Mais "je ne l'ai pas dit de façon raciste", a-t-elle assuré. "Je ne juge pas les gens sur la couleur de leur peau".

    "Je sais tout ça, je ne pense pas que tu sois raciste", a répondu l'actrice avant que les deux concurrentes ne se tombent dans les bras. Danielle Lloyd, une ancienne reine de beauté, s'est également excusée. "Je suis vraiment dégoutée par mon comportement", a-t-elle assuré, regrettant d'avoir "suivi la meneuse, suivi le groupe, alors que tu es vraiment une fille très sympa".

    Apparemment pour éviter tout débordement, Channel 4 a décidé que le public ne serait pas présent lors de la soirée d'élimination vendredi soir et a annulé la conférence de presse des deux rivales suivant l'émission.

    L'office indien du Tourisme a pour sa part décidé de tirer parti de la controverse en plaçant vendredi quelques pages de publicité dans les journaux britanniques. "Chère Jade Goody", lance le communiqué, "une fois vos engagements actuels terminés, nous souhaiterions vous inviter à découvrir les vertus apaisantes de l'Inde".

    (" Gordon Brown appelle les votants à envoyer un message de tolérance ", Canadian Press, vendredi 19 janvier)

     

     

     

    L'élimination de la participante à l'émission de télé-réalité britannique Celebrity Big Brother accusée de propos racistes envers une actrice indienne a attiré vendredi jusqu'à 8,8 millions de téléspectateurs, soit un record d'audience dans l'histoire de l'émission.

    Selon Channel 4, diffuseur de l'émission, environ 7,8 millions de personnes en moyenne ont assisté à l'élimination de Jade Goody du jeu qui, ironie du sort, l'avait rendue célèbre dans sa version grand public.

    Elle a recueilli 82% des votes pour son éviction. Elle était opposée à la ravissante actrice indienne Shilpa Shetty, 31 ans, qui a été la cible de ses propos agressifs considérés comme racistes.

    (...) Le maire de Londres Ken Livingstone s'est déclaré "ravi" samedi de cette élimination, soulignant que l'Inde était le deuxième investisseur de la capitale britannique derrière les Etats-Unis.

    Les profits des appels des téléspectateurs, facturés 50 pence (80 centimes d'euros), seront reversés à des organisations caritatives.

    (" Big Brother : jusqu'à 8,8 millions de téléspectateurs ont regardé l'éviction ", Le Monde.fr, samedi 20 janvier)

     

     

     

    Le résultat semblait couru d'avance et les pronostics avaient vu juste. Vendredi soir, l'adversaire de Shilpa Shetty accusée de propos racistes envers l'actrice indienne a été éliminée par le publique de Big Brother Celebrity. Pour le porte-parole de la starlette indienne, il s'agit du triomphe du "bien contre le mal", c'est dire à quel point l'Inde s'est enflammée sur le sujet

    (...) Le vote des téléspectateurs britanniques, qui ont éliminé vendredi Jade Goody, "montre que le bien l'emporte toujours, comme dans les films de Bollywood", le porte-parole de Shilpa Shetty.

    (...) La presse indienne faisait une nouvelle fois samedi ses gros titres avec l'affaire Big Brother. Le journal The Hindu a en particulier vu dans les excuses faites par Goody, juste avant son éviction, le moyen pour la chaîne de télévision Channel Four d'éviter des poursuites judiciaires de la part de l'Indienne.

    (" Silpa sauvée par les propos racistes ? ", LCI, samedi 20 janvier)

     

     


    Mercredi matin, le sélectionneur Raymond Domenech a présenté ses voeux à la presse sportive dans les nouveaux locaux somptueux de la Fédération française de foot. (...) Après un propos liminaire sur la crise de la presse écrite, Domenech a cependant expliqué à son auditoire l'étendue du «sacré» : «L'intérêt des Bleus est aussi celui des médias [censés élargir leur audience au fil des victoires des Tricolores, ndlr]. Ainsi, il y a des informations qui n'ont pas vocation à être rendues publiques, même si les journalistes les détiennent. Elles peuvent nuire. Il faut aussi garder en tête que ces informations n'intéressent pas le public. Je le répète : nous avons le même intérêt.»

    Une invitation à l'autocensure et au parti pris assez maladroite puisque, par principe, un footballeur ukrainien ou italien a droit au même respect qu'un joueur tricolore. On en était là, à avaler notre salive, quand une voix s'est élevée depuis le fond de la salle : «Mais Raymond, notre boulot, c'est tout de même de sortir des infos !» Tout le monde s'est retourné pour découvrir... la présentatrice de M6 Estelle Denis, par ailleurs compagne du sélectionneur depuis quatre ans. Un journaliste, tout bas : «C'est quoi, un sketch ?» Peut-être, mais ce n'est pas sûr. On est quand même sorti de là avec des maux de tête.

    (" Mais Raymond, notre boulot c'est de sortir des infos ! ",Libération, vendredi 19 janvier)

     

     

    RTL conserve le fauteuil de premier de la classe au palmarès des radios les plus écoutées de France. Selon l'enquête Médiamétrie publiée hier, la station a encore accru son taux d'écoute pour la période novembre-décembre 2006 avec une audience cumulée (1) de 12,4 %, soit près de 6,3 millions d'auditeurs. (...) La station de la rue Bayard creuse ainsi l'écart avec sa principale concurrente, NRJ (11,5 %), à qui elle a ravi la première place à la fin de l'été pour la première fois depuis 2003. La musicale, deuxième du classement, perd pour sa part 0,8 point depuis un an, soit plus de 400 000 auditeurs, et se retrouve à portée de France Inter.

    (...) Le seul point noir à mettre au tableau du service public reste la médiocre prestation de France Info (8,9 %), qui perd encore 0,2 point d'audience par rapport au précédent sondage. (...) Europe 1, avec 8,9 % d'audience, fait jeu égal avec France Info, reste stable par rapport à la précédente étude portant sur les mois de septembre-octobre, mais perd 0,3 point sur un an. Si la «matinale» de la station du groupe Lagardère pilotée par Jean-Pierre Elkabbach conserve toute son audience, il semble que les programmes plus tardifs subissent une érosion certaine.

    (...) Jean-Pierre Elkabbach regrette par ailleurs que Médiamétrie ne prenne pas en compte, dans ses relevés d'audience, les 300 000 téléchargements (podcasts) hebdomadaires revendiqués par Europe 1. «Mais ces podcasts ne sont pas pris en compte par convention expresse avec les radios», précisait hier soir Médiamétrie, qui s'étonne des propos du patron d'Europe. A noter le score «historique» de Radio Classique (1,7), qui reprend la main sur France Musique (1,6), cette dernière progressant cependant de 0,2 point par rapport à la dernière audience. Globalement, l'audience du média radio a reculé de 1,5 point (soit près de 76 200 auditeurs) en un an.

    (" RTL, toujours postée en tête, creuse l'écart avec NRJ ",Libération, vendredi 19 janvier)

     


    votre commentaire
  • LE BILLET DE LA SEMAINE  

                                         (14/01)

    N°33


    La phrase de la semaine

    On était prêts à 5 h 30. (...) J'ai donné le top départ à 7 h 13. (...) On a reçu une vingtaine de mails et plus de 200 appels, tous enregistrés, notés, puis triés. On a écarté les farfelus ou les téléspectateurs de M6 qui se trompaient entre le numéro de téléachat et le nôtre.  "

    (Gilles Leclair, numéro 3 de la police judiciaire, Libération, 11 janvier 2007)


     

    Dans l'actu 

    Revue de détail des principales annonces médias de la semaine.

    La nouvelle une de La Provence datée de mercredi 10 janvier - La Provence a changé de formule ce mardi. Elle a rétrécit son format, pour passer au berlinois (celui du Monde ). (...) Mais les temps sont difficiles : «Le climat de concurrence n'a jamais été aussi acharné et diversifié», avoue le PDG.

    La Provence

    se vante d'être «le quotidien français au taux de rentabilité le plus élevé» (5 %, selon ses dires), mais elle connaît, comme toute la presse payante, quelques problèmes. De diffusion (161 000 exemplaires en 2005). (...) Le quotidien, qui se vend à 78 % au numéro, compte peu d'abonnés.

    (...) Néanmoins, la Provence veut y croire. Elle a dépensé 31 millions d'euros pour moderniser son outil de travail, dont 25 millions pour deux nouvelles rotatives. (...) L'investissement est financé en grande partie par une réduction des effectifs. (...) Il restera 140 fabricants et 200 journalistes dans le groupe, qui édite aussi un city magazine marseillais, l'Hebdo.

    (...) A la mi-février, la Provence va aussi lancer un site Internet en partie payant, pour lequel six personnes ont été embauchées. (source : Libération, 10 janvier)

     

     - Le cinéma se porte bien, merci. 2006 a même été un excellent cru. Avec 84 millions d'entrée, la progression est de 7,5% par rapport à 2005. Et bonne surprise, ce sont surtout les films français qui sont à l'origine de ce beau score. Citons pêle-même Les Bronzés 3 (10 millions), Camping (5,48 millions), Arthur et les Minimoys (4,4 millions)... Nos amis américains, eux, ont seulement trois films ayant passé la barre des 3 millions : Pirates des Caraïbes, L'âge de glace 2 et Da Vinci Code. Mais ils restent supérieurs en terme de part de marché : 46% contre 45% pour nous. Et la sortie en 2007 de grosses productions comme Spiderman, Harry Potter 5 ou Oceans Thirteen, devrait les aider à refaire leur retard.

     

     - Le CSA a déploré cette semaine l'omniprésence sur le petit écran des candidats Segolène Royal et Nicolas Sarkozy. Dans ce domaine, M6 fait très fort puisqu'en décembre 2006, période étudiée, elle a consacré 53,7 % de ses JT et magazines à la femme de François Hollande. Dans le même temps, Arlette Laguiller, Oliver Besancenot et Corrine Lepage n'ont pas étés présents une seule fois sur la chaîne ! TF1 et FRANCE 2 ont connu une situation plus équilibrée, mais toujours au profit des deux candidats pré-cités.Corine Lepage à l'intention de déposer un recours au Conseil d'Etat, et affirme dans 20 minutes : " TF1 fait ouvertement campagne pour Nicolas Sarkozy (l'étude du CSA démontre pourtant le contraire, avec un léger avantage pour Royal, NDLR) et Nicolas Hulot. J'ai récemment espéré être invitée du JT de TF1, qui m'a indiqué que ce ne serait pas interessant, sauf si je parlais de Hulot ! "

     

     - La fin d'une époque ?

    Bruno Gaccio a annoncé vendredi dans Var Matin sa décision de quitter Les Guignols en fin de saison. "Ça me semble logique après seize ans de bons et loyaux services d’écriture ! Les Guignols ont toujours fonctionné par cycles politiques : les années Balladur de 92 à 95, l’arrivée de Chirac à l’Elysée, la dissolution de 97, etc. Avec la fin du cycle Jacques Chirac, une page se tourne. Il me semble que le moment est opportun pour partir. (...) Canal me propose des projets extraordinaires dans le domaine de la fiction, dont je ne peux malheureusement pas parler davantage pour l’instant. (Il est à la tête de la fiction française de la chaîne cryptée depuis deux ans, ndlr.)"

    Et d'ajouter que si Jacques Chirac se présente et gagne pour la troisième fois, il rempilera. La version modernisée de "quand les poules auront des dents ?"

     

     - Les deuxièmes et troisièmes fois auront étés les bonnes. Le déclenchement du dispositif Alerte-Enlèvement a été couronné de succès jeudi. Lucie et Christophe, les deux enfants recherchés ont en effet étés retrouvés en moins de 24 heures grâce à l'appel d'un automobliste. L'épilogue s'est joué alors dans un centre commercial où Ludovic a retiré de l'argent avec sa carte bancaire - alertant aussitôt la PJ - pour acheter des biscuits et du jus de fruits. Saïd, le gérant de la supérette, raconte : « Tout de suite, je me suis dit que le jeune homme et les enfants avaient une allure bizarre. Ils ont cherché à se cacher lorsqu'une patrouille de police est passée à côté du magasin. Lorsqu'ils sont venus payer, je me suis ensuite aperçu que les enfants, apparemment terrorisés, avaient leurs manteaux recouverts de gadoue. Comme j'avais entendu parler de l'alerte par des clients un peu plus tôt, j'ai demandé à mon neveu de prévenir la police. »

    « Cet homme, qui ne travaille pas, s'est constitué une zone de vie où il pourrait avoir emmené les deux enfants - sans forcément avoir le sentiment de commettre un enlèvement »

    , a avancé Jean Espitalier, directeur régional de la PJ de Versailles.

    Et, fait exceptionnel, le plan a été activé une nouvelle fois un peu plus d'un jour après.

    L'enlèvement d'un nourrisson par une adolescente à Montfermeil par une adolescente justifiant ceci. Succès là-aussi, puisque le bébé a été retrouvé dans le même intervalle de temps. D'après le scénario livré par la police, le renseignement décisif est venu d'un voyageur qui se trouvait à bord du RER C roulant vers le sud de la région parisienne en direction d'Etampes. Ayant reconnu la jeune femme et le bébé, il a alerté des policiers en tenue à sa descente du RER à la station Saint-Michel à Paris. La police a alors décidé de bloquer le train en gare de Brétigny-sur-Orge pour procéder à l'arrestation.

    Le plan Alerte enlèvement, qui s'inspire des systèmes "Ambert Alert" mis en place aux Etats-Unis en 1996 et au Québec en 2003, a été créé en février 2006. Il avait été déclenché une première fois le 9 juillet dernier après la disparition de deux fillettes à Bouillé-Ménard, dans le Maine-et-Loire, qui n'avaient finalement pas étés enlevées, mais oubliées par leur mère chez une amie.

    (sources : TV MANIA, avec L'Express et Le Figaro)


     

     Le gag de la semaine

    (Les Zappeurs, tome 5)


     

    Le tour du PAF en audiences

    (sources : Satellifax, I mediasbiz, MSN, Le zapping du PAF)

    * DIMANCHE 7,

     

    En prime time,

     Swat Unité d'Elite-> 8 913 540 (35,5%)

     Meurtre à la Maison-Blanche-> 4 540 860 (22,1%)

     L'Avare ->  2 634 820 (11,3%)

     Capital->  5 662 060 (22,1%) deuxième !

     

    En seconde partie de soirée,

     Lake Placid-> 2,9 millions (28,5%)

     Faites entrer l'accusé-> 3 millions (25,2%) le crime paie toujours...

     Secrets d'actualité->  2,4 millions (19,5%)

    * LUNDI 8,

    En prime time,

     Josephine Ange Gardien-> 8 072 640 (35,4%)

     Hommage à Elie Kakou-> 4 765 100 (18,7%)

     L'Amour Extra-Large-> 4 204 500 (16,4%)

     Le rôle de sa vie -> 3 587 500 (13,7%)

    ReGenesis->

     

    En deuxième partie de soirée,

     Confessions Intimes-> 3 980 260 (39,2%)

     Mots Croisés-> 1 962 100 (21,7%)


    * MARDI 9,

    En prime time,

     Le dîner de cons->  9 586 260 (36,7%)

     La Tempête-> 6 839 320 (26,2%)

     Boomtown-> 2 971 180 (11,2%)

     Chaos sur la Planète-> 2 634 820 (10%)

     

    En deuxième partie de soirée,

     Le Droit de Savoir-> 5,2 millions (40,7%) énorme !

     T'empêches tout le monde de dormir-> 1,6 millions (20,6%)


    * MERCREDI 10,

    En prime time,

     Chassé Croisé Amoureux->  7 399 920 (28,9%)

     L'inventeur de l'année-> 5 157 820 (19,8%)

     Des Racines et des Ailes-> 4 484 800 (18,4%)

     Equipe Médicale d'Urgence-> 4 036 320 (15,3%)

     

    En deuxième partie de soirée,

     Preuve à l'appui-> 4,5 millions (32,5%)

     L'Arêne de France-> 1,5 million (19%)

     Les docs de l'info-> 1,9 million (14,1%)


    * JEUDI 11,

    En prime time,

     RIS (saison 2) -> 8 465 060 (33,1%)

     Envoyé Special-> 5 269 640 (23,7%) excellents reportages

     Hollywood Homicide-> 3 195 420 (13,5%)

     Missing-> 2 354 520 (9,2%)

     

    En seconde partie de soirée,

     La méthode Cauet-> 2,6 millions (37%)

     Du baiser au bébé-> 2 242 400 (17,5%)


    * VENDREDI 12,

    En prime time,

     Les 30 arnaques les plus incroyables-> 6,1 millions (28,1%)

     Boulevard du Palais-> /

     Thalassa-> /

    L'Embrasement->

     NCIS -> 6,4 millions (25,1%) 1er épisode en tête des audiences !

                              6,9 millions (?%) 2e épisode


    * SAMEDI 13,

     50 minutes Inside-> 3 868 140 (23,3%) deuxième numéro

     On a tout essayé...->  3 027 240 (18,4%)

     

     

    En prime time,

     Le Grand Concours des Animateurs-> 7 455 980 (33,3%)

     Le Plus Grand Cabaret du Monde->  5 381 760 (24,6%)

     Famille d'Accueil->3 531 780 (15,3%)

     Les 4400-> 3 195 420 (13,8%)

     

    En seconde partie de soirée,

     New York Unité Speciale-> 4,3 millions (33,3%)

     On n'est pas couché->  1,7 million (26,5%)


     La série

     

                                                        (n°8)

    Les Dessous de la presse people

    Les dédommagements

    Depasser aujourd'hui les 15000 euros de dommages et intérêts est rare et les avocats de stars regrettent tous l'epoque où ils étaient bien plus conséquents. A les écouter, c'est de la faute d'Arthur, qui avec sa société Endemol a fait entrer la télé-réalité en France.

    [...] "C'est une matière injugeable, estime Gilles Dreyfus. Pour un même article, un juge peut vous accorder 3000 euros tandis que l'autre, plus receptif à votre douleur, ira jusqu'à 15 000 euros. [...] Ce n'est pas de la jurisprudence, c'est de la sensibilité."

    Si le choix du tribunal est stratégique, c'est aussi parce que le combat entre les journaux et les stars est particulier. Il a commencé dans les années 1960 avec les premiers procès du milliardaire Gunther Sachs - amoureux de Brigitte Bardot -, de Johnny Hallyday, de Sylvie Vartan et de Catherine Deneuve. Ces procès, notamment menés par le trio Robert Badinter, Gilles Dreyfus et George Kiejman, ont abouti à la loi de 1970 sur la vie privée. Depuis, "c'est un droit uniquement jurisprudentiel, où il faut guetter la moindre décision, souligne Carine Piccio. Souvent, les avocats font appel juste pour ouvrir une brêche."


    Lu dans la presse

    Débarrassées de leur bouquet numérique TPS, fusionné avec son concurrent Canal+, TF1 et M6 peuvent poursuivre leur concurrence effrénée. M6 a saisi le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) après l'annonce de la prise de participation de 33,5 % de TF1 dans le capital d'AB Groupe. (...) "La prise de participation de TF1 a pour effet, au-delà du marché de l'édition des chaînes, de renforcer la position de cette société sur le marché de l'acquisition des droits audiovisuels ainsi que sur le marché de la publicité télévisée", s'indigne M. de Tavernost, qui a demandé à être auditionné par le CSA sur ce dossier.

    (...) En pratique, la saisine de M6 devrait rester sans effet. Lors de son entrée au capital d'AB Groupe, TF1 avait prévenu que cette opération ne pouvait être considérée comme "un changement significatif du capital" de la société de Claude Berda. (...) Le CSA devrait "faire appel à un expert extérieur" pour encadrer la prise de participation de TF1. Selon nos informations, l'instance de régulation ne devrait pas utiliser son "arme nucléaire", l'article 42-3 de la loi sur l'audiovisuel, qui prévoit le retrait de l'autorisation d'émettre.

    Du côté du CSA, on se déclare "presque admiratif de la façon dont TF1 a changé son fusil d'épaule sur la TNT". D'abord adversaire déclaré du numérique hertzien, la Une pourrait devenir le premier groupe de la TNT gratuite avec quatre autorisations : TF1, TMC, NT1 et le canal bonus.

    (...) La virulence de M6 n'est pas due au hasard. Pour compenser l'érosion de l'audience des chaînes généralistes sur la TNT, M. de Tavernost mise sur une stratégie de groupe avec l'apport des résultats de W9. Une démarche que TF1 n'aurait pu copier avec seulement 40 % de TMC. Mais avec quatre fréquences, la Une devrait maintenir sa domination auprès des téléspectateurs comme des annonceurs.

    (" M6 repart en guerre contre sa concurrente TF1 ",Le Monde, mercredi 10 janvier)

     

     

    La hache de guerre n’est pas enterrée entre François Bayrou et TF1. Mardi matin, le candidat UDF s’est livré à une attaque en règle à l’encontre des grands groupes audiovisuels, en s’adressant directement à leurs dirigeants : «Les grandes chaînes ont d’immenses moyens de pression. J’ai un message pour vous : vous n’êtes pas les patrons de la France».

    (...) Quelques heures plus tôt, sur RTL, Patrick Poivre d’Arvor décochait une pique à l’intention de François Bayrou : un homme «qui a bâti toute sa vie pour devenir président de la République et qui se voit doubler comme ça, je comprends qu’il ne le prenne pas forcément bien». Et le présentateur-vedette de TF1 d’ajouter : «Je respecte beaucoup les hommes politiques. Je peux comprendre que certains d'entre eux soient agacés de voir qu'un homme comme Nicolas Hulot [ndlr : ex-présentateur d’Ushuaia sur TF1] par exemple qui vient de nos propres rangs ne fait même pas campagne, et en à peine trois semaines se retrouve devant François Bayrou».

    (...) Le directeur de l’information de TF1, Robert Namias, dans le Journal du Dimanche, a affirmé qu’ «au mois de décembre, le président de l’UDF a été le politique qu’on a vu le plus sur les plateaux» de la chaîne. Et Namias de dénoncer l’«acharnement contre TF1», qualifiant le président de l’UDF de «démagogique» et son attitude à l’égard de la chaîne privée de «stratégie politique». «Visiblement, François Bayrou n'a rien d'autre à dire pour exister en ce moment».

    (" Nouveau clash entre TF1 et Bayrou ",Le Figaro, mardi 9 janvier)

     

     

     

    TF1 a ainsi prévu trois soirées, animées par Patrick Poivre d'Arvor. Nicolas Sarkozy, le 5 février, tour à tour François Bayrou et Jean-Marie Le Pen, le 12 février, et enfin, le 19 février, Ségolène Royal s'exprimeront face à un panel de 100 Français. C'est-à-dire les quatre candidats en tête des sondages.

    En fait, la plupart des chaînes distinguent à peu près le même quarté. Et se plaignent unanimement de la complexité des règles édictées par le CSA. Depuis le 1er décembre 2006, le conseil emploie une vingtaine de personnes au contrôle des temps de parole. Ses règles prévoient qu'à compter de cette date et jusqu'au 20 mars, veille de la publication de la liste des candidats par le Conseil constitutionnel, les chaînes doivent veiller à "l'équité" entre les candidats déclarés et les candidats "présumés". Du 20 mars jusqu'à l'ouverture de la campagne le 9 avril, le CSA réclame l'équité pour toute personne dont la candidature aura été publiée au Journal officiel.

    (...) Mais la présidence du CSA ne cache pas qu'en rappelant les règles, elle souhaite avant tout éviter que "se répète la bipolarisation de 2002 entre Chirac et Jospin".

    Ce n'est qu'à partir du 9 avril, pendant la période de campagne proprement dite, que le CSA réclame l'application du principe d'égalité à tous les candidats et à ceux qui les soutiennent. Autant dire, dans les quinze derniers jours précédant le premier tour. Du coup, M. Sarkozy et Mme Royal ont déjà prévu leurs principales grandes prestations télévisées avant l'ouverture de la campagne officielle. Espérant qu'à cette date, les jeux seront quasiment faits.

    (" Plusieurs candidats fustigent l'axe Sego-Sarko de TF1 ",Le Monde, mercredi 10 janvier)

     

     

    Vous avez aimé Chirac-Jospin en 2002 ? Vous adorerez Sarkozy-Royal en 2007. La télé est indécrottable.

    (...) Un embrouillamini médiatico-politico-électoral dont le coupable porte le doux nom d'équité. C'est en effet sur ce principe, qui n'a rien de mathématique, que se base pour l'instant le CSA pour évaluer le temps de parole et le temps d'antenne des différents candidats.

    (...) L'équité ? Selon le CSA, les chaînes doivent prendre en compte «la représentativité des candidats» (leurs résultats ou celui de leur formation à des élections récentes) : logique, donc, interprètent les télés, que Sarkozy et Royal prennent plus de place que Bayrou. Les chaînes doivent aussi considérer la «capacité à manifester concrètement l'intention affirmée d'être candidat». En clair : c'est celui qui dit qui y est.

    (...) Après le 20 mars, c'est du billard. Une fois la liste des candidats publiée par le Conseil constitutionnel, les télés devront appliquer à tous le même temps de parole, que le candidat soit adepte de la démocratie participative ou du vol yogique. C'est le principe d'égalité. Un casse-tête pour les télés : si, en 1995, elles n'ont eu que neuf candidats à mettre sur le même pied d'égalité, ils étaient seize en 2002. Quand les chaînes accordaient 15 minutes de temps de parole à Jacques Chirac ou Lionel Jospin, elles devaient faire de même pour Jean Saint-Josse, Christine Boutin et leurs douze autres petits camarades... Voilà qui devrait calmer les indignations de Bayrou.

    (" Télé : les petits candidats réclament du temps de parole ",Liberation, mardi 9 janvier)

     

     

    John de Mol, inventeur de Big Brother, de la Star Academy et de Fear Factor, produit 300 émissions dans le monde. | AFP/HANS STEINMEIER

    Stéphane Courbit, président d'Endemol France, a réalisé l'une des plus belles plus-values de l'année en revendant cette société, fin 2006, avec son associé l'animateur Arthur, au groupe espagnol Telefonica, qui l'a rétrocédée, mardi 9 janvier, au groupe Endemol NV, pour 450 millions d'euros. (...) A 41 ans, il a sur son compte en banque "de quoi mener encore deux ou trois vies", s'ébahit Pierre Lescure, l'ex-PDG de Canal+.

    (...) L'homme n'est guère enclin au doute : " Je regarde tous les dossiers où je peux apporter une valeur ajoutée. M6 et TF1 seraient à vendre, je ne dis pas que je ne regarderais pas."

    (...) Il peut sembler paradoxal que M. Courbit ait vendu Endemol France, devenue grâce à lui l'une des filiales les plus rentables du groupe numéro un mondial de la télé-réalité. "Ce n'était pas un actif qui pouvait constituer la première pierre de ce que je veux construire. Trop franco-français...", dit-il sur le ton de l'évidence.

    Sa vraie cible, c'est... sa maison mère, Endemol NV. Après l'avoir réunifié et introduit en Bourse, Telefonica souhaite se désengager totalement du groupe de production de télé-réalité avant la fin du premier trimestre. (...) Pour le symbole, ravir le groupe à son ex-mentor, avec qui il est plus ou moins brouillé, ne déplairait pas à Stéphane Courbit, qui est en train de monter un tour de table de son côté.

    (...) J'ai toujours douze dossiers sur mon bureau. Cet été, en rentrant de vacances, j'ai demandé à une banque de regarder YouTube... (ce site Internet américain de vidéo en ligne acheté en octobre pour 1,65 milliard de dollars par Google)" Info ou intox ? Qu'importe, le petit prince de la télé-réalité sait qu'il vaut mieux "imprimer la légende", comme disait John Ford.

    (" Stephane Courbit en quête d'une dimension internationale", Le Monde, jeudi 11 janvier)

     

     

    Vous vous prenommez Brandon, Dawson, Dylan, Jarod, Lizzie, Phoebe, Prue ou Wyatt sans pour autant être une star de télé ? C'est la preuve qu'à l'heure cruciale de baptiser leurs enfants pour la vie, les parents ne s'inspirent plus uniquement du calendrier de La Poste.

    (...) Depuis, chaque personnage de série à succès génère son lot de nouveaux prénoms dans l'Hexagone. Friends a donné naissance aux premiers Joey français et aux premières Phoebe. Cette dernière maintient d'ailleurs le cap grâce à Charmed. Début 2006, 531 Françaises portaient ce prénom.

    (...) "J'adorais Bervely Hills, et, en secret, j'aimais beaucoup Brandon.", explique Kelly. "C'est pourquoi j'ai choisi ce prénom pour mon fils. Il incarnait l'homme parfait et je voulais que mon enfant soit parfait. J'ai aussi beaucoup accroché sur Charmed. Je suis retombée enceinte et j'ai décidé d'appeler ma fille Prue !" (...) Les Brandon sont actuellement près de 10 000 !

    (...) Il y en a toutefois que nous n'avons pas réussi à débusquer lors de cette enquête. Alors, que la première Buffy nous fasse signe, si elle existe !

     

    ("Des prénoms en série pour la vie ", Télé 2 Semaines, semaines des 1er et 8 janvier)


    votre commentaire
  • LE BILLET DE LA SEMAINE                                       (07/01)

    N°32


    La phrase de la semaine

    " En vivant comme tout le monde, j'ai des chances de rester normal.  "

    (Marc-Olivier Fogiel, Le Journal du Dimanche, 31 decembre 2006)


     

    Dans l'actu 

    Revue de détail des principales annonces médias de la semaine.

     

     - Les SMS de bonne année font maintenant partie des traditions du 1er janvier à 0H. Et cette année encore, tous les records ont étés battus. Orange, le leader, a vu pas moins de 95,9 millions de SMS échangés en un jour (+20%), SFR, 68,1 millions (+13,5%), et Bouygues Telecom, 53,4 millions (+41%). C'est donc un total de 203,4 millions de messages qui ont transité pour ce premier jour de l'année.

     

     

     - Après l'adaptation de l'affaire Villemin en téléfilm, qui s'était soldée par un semi-échec, FRANCE 3 s'apprête à récidiver. Cette fois, la chaîne traitera de l'explosion de l'usine AZF à Toulouse. Encore un bon moyen de créer la polémique et d'espérer attirer les téléspectateurs en nombre. Le tout prendra la forme d'une mini-série de 6 épisodes, pour une diffusion prévue vers la fin 2007.

     

     

     - TF1 écrase tout sur son passage. Pas moins de 98 des 100 meilleurs audiences de l'année sont à son actif. Un score inégalé depuis 1991, avec un gain de 300 000 téléspectateurs en prime time pour une moyenne s'établissant désormais à 7,6 millions de téléspectateurs. La part de marché progresse également, avec 0,8 % en plus, soit 34,1%.

     

     

    - Télé Loisirs change de formule. Exceptionnellement paru samedi, l'hebdomadaire nous propose une présentation très proche de celle de Télé 7 Jours. Seules les pages programmes restent quasi inchangées. Bon point, les news télé occupent une place beaucoup plus importante. On aimerait maintenant de vrais scoops.

     

     

     

     

     

      Stéphanie Renouvin - Bonne nouvelle pour tous les fans de Stephanie Renouvin. L'ex présentatrice des JT de la Matinale de CANAL + sera de retour dès le 22 janvier sur la chaîne, à 12H40. Elle vient prendre la relève de Charlotte Le Grix de la Salle, partie en congé maternité.

     

     

       - Daisy De Galard s'est éteinte samedi matin, à l'âge de 77 ans. Journaliste et productrice de télévision, elle a fait ses premières armes dans Elle. Elle aura occupé ses dernières fonctions en 2006, en tant qu'administratrice de Radio France.


     

     Le gag de la semaine

     

     

    (tiré de la série TV NERFS)


     

    Le tour du PAF en audiences

    (sources : Satellifax, I mediasbiz, MSN, Le zapping du PAF)

    * DIMANCHE 31 DECEMBRE,

     

    En prime time,

     Les Enfants du 31-> 5 325 700 (35,4%)

     Le Plus Grand Cabaret du Monde-> 4 709 040 (33,6%)

     Ben Hur->  1 737 860 (11,4%)

     Magiciens : leurs plus grands secrets->  1 457 560 (9,2%)

     

    En seconde partie de soirée,

     Concert pour la Tolérance-> 2,1 millions (33%)


    * LUNDI 1er JANVIER,

    En prime time,

     Bêtes de Scène-> 7 119 620 (31,7%)

     La Revanche d'une Blonde -> 5 549 940 (22,8%)

     Questions pour un champion-> 3 419 660 (14,7%)

     Missing-> 3 083 300 (12,6%)

     

    En deuxième partie de soirée,

     Columbo-> 2,5 millions (30,8%)

     Franck Dubosc : Romantique-> 2,3 millions (18,1%)


    * MARDI 2,

     Friends-> 2,6 millions (10%) à peine plus que la moyenne de la chaîne

     

    En prime time,

     L'Age de Glace 2->  9 810 500 (34,9%)

     Chat Bleu, Chat Noir-> 4 204 500 (15,6%)

     La légende vraie de la Tour Eiffel-> 4 765 100 (17,3%)

     Magiciens, leurs plus grands secrets-> 4 933 280 (18,5%)

     

    En deuxième partie de soirée,

     Didier-> 4,6 millions (31,4%)

     T'empêches tout le monde de dormir-> 1,8 millions (16,8%)


    * MERCREDI 3,

    En prime time,

     Père et Maire->  9 474 140 (36,7%)

     Chat Bleu, Chat Noir-> 3 251 480 (12,7%) dernier !

     La Grande Illusion-> 4 540 860 (18,1%)

     La Malédiction du Pharaon-> 3 699 960 (14,2%)

     

    En deuxième partie de soirée,

     Preuve à l'appui-> 4 428 740 (28,1%)

     L'Arêne de France-> 1 906 040 (19,6%)


    * JEUDI 4,

     Tout le monde veut prendre sa place-> 2,6 millions (22,8%) record

     

    En prime time,

     Julie Lescaut-> 9 474 140 (35,9%)

     Vu du Ciel-> 4 709 040  (17,8%)

     L'homme qui en savait trop-> 2 971 180 (11,9%)

     Prehistorik Park-> 3 363 600 (12,5%)

     

     

    En seconde partie de soirée,

     La méthode Cauet-> 3 980 260 (36%) beau succès !

     Du baiser au bébé-> 2 242 400 (17,5%)


    * VENDREDI 5,

    En prime time,

     Star Academy -> 7 287 800 (32,3%)

     NCIS -> 6 278 720 (24,3%)

     Boulevard du Palais-> 4 484 800 (17,8%)

     XIVe Festival International du Cirque de Massy-> 3 587 840 (14,4%)

     

     

    En seconde partie de soirée,

     Sans Aucun Doute-> 2 850 000 (40,5%) record !


    * SAMEDI 6,

    En prime time,

     L'homme le plus drôle de l'année-> 6 671 140 (29,5%)

     Symphonic Show-> 4 204 500 (18,7%)

     Football Coupe de France->3 756 020 (18,6%)

     Triangle-> 3 363 600 (14,7%)

    En seconde partie de soirée,

     New York Unité Speciale-> 1er épisode : 4 148 440 (30,2%)

                                                    2e épisode3 363 600 (34,5%)

     On n'est pas couché-> 1 793 920 (23,4%)

     


     La série

     

                                                        (n°7)

    Les Dessous de la presse people

    De l'utilité des fans

    Les fans de stars ont du bon. Accros à leurs vedettes, ces passionnés alimentent des sites Internet dédiés à leur star comme le site Teemix. Très réactif, ce site web met en ligne les dernières infos sur la vedette. Plus discrets, "les blogs de fans peuvent apporter des éléments très concrets encore inconnus du grand public", révèle Patrick Mahé, ancien directeur de la rédaction de Télé 7 jours. Pour la télé-réalité, lnternet est devenu une source d'informations indispensable. " Les gamines de 18 ans discutent beaucoup sur le Net. Elles donnent parfois des informations très utiles parce qu'elles ont étés dans la classe de la vedette en question", raconte un journaliste people.

    C'est ainsi que Voici a pu révéler que la candidate Loana de la première saison de Loft Story avait une fille. "Lorsque nous tenons une bonne information, nous n'hésitons pas à nous rendre sur place, dans la famille pour la faire parler, la convaincre avec tact de nous montrer l'album de famille", raconte un fin limier de la presse people. Mais depuis quelques années, TF1 et les sociétés de production de télé-réalité poussent un peu plus leur pré-enquête sur les candidats et récupèrent notamment en amont tous les albums de famille.


    Lu dans la presse

    CHAQUE SOIR de la Saint-Sylvestre, TF 1 et France 2 rivalisent à coup d'émissions spéciales - enregistrées à l'avance - au cours desquelles, à minuit pile, tout le monde se souhaite la « bonne année ». (...) Les divertissements de TF 1 et France 2 sont sans grand suspense, les surprises limitées, et l'attention n'est guère soutenue car les familles mènent souvent une autre activité simultanément, le dîner se prolongeant.

    (...) Arrive minuit. L'audience grimpe-t-elle ? A peine... car relativement peu de Français sont devant leurs téléviseurs. Le 31 décembre 2005, à 0 heure, Médiamétrie ne dénombrait que 14,5 millions de téléspectateurs présents, toutes chaînes confondues, soit à peu près l'équivalent d'une soirée de 15 août...

    (...) A l'évidence, les moins accros sont, toutes proportions gardées, les 15-24 ans (13 % des Français de cet âge-là regardent à minuit), les plus téléphages étant les 70 ans et plus (39 % des Français de cette catégorie d'âge regardent une chaîne).

    (" Arthur et Sebastien vont se démener sans faire le plein ",Le Parisien, dimanche 31 décembre 2006)

     

     

     

    Ce matin Jean-Marc Morandini a prédit à 6h12 exactement et sur son

    blog
    la fin de l’émission de Colombe Schneck « J’ai mes sources »
    sur France Inter (le matin de 10 h 30 à 11 h 00) (...) Colombe qui est une amie m’a téléphoné ce soir pour me signaler qu’elle avait posté une réponse sur le blog de Jean-Marc Morandini. Cette réponse, Jean-Marc Morandini ne l’a pas laissée en ligne plus de quelques minutes.

    On lira avec intérêt les raisons de cette censure avancées sur son blog par Jean-Marc Morandini :

    "J’ai enlevé un message d’une certaine "Colombe" se faisant passer pour Colombe Schneck doutant fortement de la vraisemblance de celui ci, tout le monde pouvant se faire passer pour elle. Colombe a mon téléphone, et j’apprécie son travail, que ce soit dit une fois pour toute. Il n’y avait aucun mot méprisant dans l’info que j’ai posté. (...) Cessons donc de créer des polémiques où il n’y en a pas. Elle fait bien son boulot, son émission est bonne et différente de la mienne, je pense simplement que la programmer face à moi était une faute. Elle le sait car je lui avais dit de vive voix. Il n’y a pas d’autre débat"

    Pour aider Jean-Marc Morandini a y voir plus clair, la réponse que Colombe la vraie, m’assure avoir posté sur son blog est là :

    « Cher Jean-Marc, mais que se passe t-il ? Serais tu inquiet ? pour toi ou pour moi ? J’ai mes sources, et les miennes sont fiables. C’est sur France Inter tous les jours à 10h30. Je t’embrasse. Colombe. Ps : sans rancune, si tu cherches du boulot, n’hésite pas à m’appeler. »

    Aaah la peur d’être pris pour un pigeon par une Colombe !

    (" Une certaine Colombe censurée sur le blog d'un certain Jean-Marc ",Big Bang Blog, mardi 17 octobre 2006)

     

     

    Dans la fiction, un os, un cheveu, suffisent aux champions de l'analyse en labo pour confondre l'assassin. La réalité est plus complexe. Mise au point avec (...) un anthropologue médico-légal.

    (...) L'anthropologue intervient quand l'autopsie classique ne permet pas d'identifier un corps parce qu'il a été brûlé, noyé, putrefié, ou dans des circonstances exceptionnelles, comme un crash aérien. Pour identifier un cadavre, la justice autorise sa décapitation. La tête subit ensuite plusieurs ébullitions pour ôter les masses charnues. Sur le crâne nu, on analyse les insertions musculaires, l'âge, le sexe, le type cutané, on reconstitue le visage. Mais identifier un cadavre, ça prend du temps : des séries comme Bones (bientôt sur M6, NDLR), :montrent en raccourci ce qu'on fait en plusieurs mois, voire plusieurs années.

    (" Deux experts français décryptent les séries policières scientifiques ",Télé Loisirs, samedi 6 janvier 2007)

     

     

    Créé en 1985, l'institut de mesure de l'audience est au cœur du fonctionnement économique des radios et des télés.

    (...) Plus qu'un outil de mesure d'audience, cette société, née en 1985 de la privatisation par la gauche du Centre d'études d'opinion (CEO), incarne le culte rendu par les annonceurs et les diffuseurs au dieu Audimat. C'est aussi l'électrocardiogramme du PAF, l'adrénaline quotidienne des patrons de chaîne, quand tombe, chaque matin à 8 heures, le verdict. En situation de monopole depuis sa création, Médiamétrie est ainsi à l'audiovisuel ce que l'Insee est à l'économie, un juge de paix dont les chiffres couperets font la pluie et le beau temps.

    (...) Chaque jour, ce sont 3 150 foyers français, équipés d'un boîtier de la taille d'un magnétoscope, qui parlent au nom de 25 autres millions de consommateurs. Des petites boîtes, dont la mémoire est autopsiée et décryptée par une batterie d'ordinateurs et de statisticiens. Voilà à quoi tient la durée de vie d'un animateur, la longévité d'un programme ou l'évolution du cours de Bourse d'une chaîne télé! Un petit écart de 1% de part d'audience et ce sont 37 millions d'euros de pub en moins dans les caisses d'une société comme France 2.

    (...) Or, depuis peu, plus rien ne va. (...) Les téléspectateurs sont devenus des zappeurs fous en l'espace d'un peu moins de deux ans. L'explosion du câble et du satellite, l'avènement de la télévision numérique, la montée en puissance des chaînes diffusées sur Internet, via l'ADSL - sans parler des nouveaux modes d'écoute de la radio (avec le boom du podcast, qui permet de se brancher, en différé, sur tel ou tel programme) ou du cinéma (avec l'arrivée en force de la vidéo à la demande) - tout cela, en vrac, a contribué à l'émiettement des audiences.

    (...) Et les grand-messes d'antan font de moins en moins recette. Même certains sanctuaires sont tombés comme des châteaux de cartes: témoin, la quasi-disparition du sacro-saint film du dimanche soir de TF 1, qu'ont supplanté des séries américaines aux audiences record. (...) Un virage «aussi important que l'apparition du transistor dans les années 1960», estime, de son côté, le directeur général de France Télévisions Publicité, Philippe Santini.

    (...) Médiamétrie s'est montrée un peu lente à s'adapter à un paysage mutant, peuplé de téléspectateurs en cavale et de chaînes issues de la génération spontanée. (...) A l'origine de la brouille, il y a une suite d'anicroches, aussi. En février 2004, les dirigeants de France Télévisions n'avaient pas compris, par exemple, comment Médiamétrie était parvenue à la conclusion que le documentaire L'Odyssée de l'espèce, diffusé sur France 3, avait fait un carton d'audience (34% de part de marché) sur toutes les cibles de téléspectateurs à l'exception des… ménagères avec enfants, alors même que ce programme leur était destiné!

    (...) M 6 n'est pas en reste. Son PDG, Nicolas de Tavernost, confie être «tombé de sa chaise» le jour où il découvrit que sa chaîne obtenait, selon Médiamétrie, des résultats calamiteux en Corse. Petit hic, aucun audimètre ne mesurait, alors, l'audience de M 6 sur l'île de Beauté !

    (...) Et le monde de la radio ? Il est tout aussi remonté. Il aura fallu attendre juin 2002, explique t-on chez NRJ et Fun, pour que les jeunes auditeurs (dont ce sont souvent les stations préférées) soient pris en compte dans les sondages d'audience. Plus surprenant, c'est seulement en juin dernier qu'il fut décidé d'étendre aux mois de juillet et d'août la mesure de l'audience radio, sous la pression, notamment, des musicales et d'une station comme RMC, la «radio du Sud». Des années durant, le lobby RTL-Europe 1 avait imposé à Médiamétrie une trêve estivale, estimant qu'en cette période les auditeurs désertaient ce média ! En vérité, ce sont les audiences des généralistes, seules, qui plongeaient.

    (...) Mais c'est sur un autre front, celui de la TNT, là où les enjeux sont considérables, que la bataille est la plus rude. La divulgation, en février dernier, des premières audiences, dont certaines franchement médiocres, avait mis le feu aux poudres, entraînant une remise en question, par un certain nombre d'opérateurs, de la capacité de l'institut de sondage à remplir sa mission. (...) A ces frondeurs est venue s'ajouter TF 1. Depuis le début de l'année et l'avènement de la TNT, la chaîne du groupe Bouygues ne cesse de perdre des parts de marché. Aujourd'hui, elle n'est pas la seule à réclamer une consolidation de son audience. A vouloir que l'on prenne en compte les scores qu'elle enregistre non seulement sur le câble et le satellite (à travers TPS), mais également sur Internet ou sur les mobiles.

    Pour la première fois depuis sa création, Médiamétrie va devoir aussi faire face à la concurrence. Un nouvel acteur s'est, en effet, invité sur le marché. En mettant en ligne ses propres mesures d'audience, Free - le diffuseur de télévision par ADSL - a entamé le monopole de son aînée. De quoi inquiéter le futur président, Bruno Chetaille.

    (...) Une partie de la profession a déjà l'œil rivé sur la Suisse, où a été mis en place, dans le domaine de la radio, un audiomètre révolutionnaire que la France pourrait adopter. Porté au poignet, comme un bracelet- montre, cet outil, équipé d'une fonction GPS, permet de connaître, à l'instant t, non seulement le nom de la station qu'écoute le panéliste, mais l'endroit où il se trouve. Il y a dix ans, un laboratoire de recherche avait mis au point un système de caméra miniature, intégré au téléviseur, qui permettait d'analyser les comportements des téléspectateurs. Mais ce gadget avait été jeté aux orties, après que la Commission nationale informatique et libertés eut sorti le carton rouge. Fiabilité, oui, Orwell, non!

    (" Mediametrie, à mort l'arbitre ! ",L'Express, 13 décembre 2006)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique