• Qui sont vraiment les corbeaux ?

    Vu, Lu, Entendu

    Qui sont vraiment les corbeaux ?

    Dans le cadre de ses rediffusions de l'été, le magazine Reportages nous proposait ce samedi un reportage sur les corbeaux. Ces délateurs anonymes s'en donnent à coeur joie chaque année, et ne sont pas souvent ceux que l'on croit. Récit.

     

    De multiples exemples ont étés cités au cours de l'émission. Et bien souvent, le corbeau frappe là où l'on s'y attend le moins. Prenez Condé sur Noireau, tranquille petite bourgade près de Caen. Eh bien, pendant cinq ans, celle-ci a été la proie d'un corbeau. Son passe-temps favori ? Inonder les boîtes aux lettres de ses voisins. La lettre type, remplie de fautes d'orthographe, n'était qu'un ramassis d'insultes, du genre "Vous êtes grosse, je n'aime pas les grosses, je vais vous tuer." Sympa !

     

    Le corbeau, assez vicieux, signait ses missivbes du nom de l'une des habitantes du quartier, rapidement soupsçonnée, même si elle recevait elle aussi des lettres du même type. Ses voisins, excedés, en sont presque venu aux mains. Mais le corbeau a fini par se trahir. Une des lettres envoyées comportait une adresse mal effacée. Les policiers ont bien vite remonté la piste. Au final, le corbeau n'était autre qu'une vieille dame de 64 ans, au-dessus de tout soupscon. Il semble que le fait de vivre avec son fils trisomique lui ait fait peu à peu perdre la raison. Et le pire dans toute cette histoire, c'est que la dame en question allait consoler sa voisine de palier, sous anti-depresseurs depuis qu'elle était menacée.

    Dans un autre village, cette fois près de Besançon, un corbeau a la dent dure depuis dix ans maintenant. Sa cible privilegiée ? Les immigrés, qu'il menace d'envoyer à Aushwitz. Personne n'a encore réussi à mettre la main dessus.

     

    Les anonymes sont souvent touchés, certes, mais les corbeaux peuvent aussi s'attaquer aux administrations. Une responsable de la CAF a accepté de dévoiler aux caméras des extraits des quelques 200 lettres qu'elle reçoit chaque année. Cela concerne frequemment des dénonciations. Untel touche des aides qu'il ne devrait pas percevoir, une autre est declarée femme seule alors qu'elle vit en concubinage... La responsable fait ce constat effrayant : "Avant, on se dénoncait entre voisins, maintenant, tout le monde dénonce tout le monde...". Pas très rassurant pour l'avenir.

    Enfin, des corbeaux "kamikazes" choisissent de dénoncer tout en signant leurs missives. C'est le passe-temps favori d'Alain, gérant d'une boutique à Lisieux. Ce week-end, il parcourt le salon du modélisme à la recherche d'animateurs de stands employés au noir. Il dispose même d'informateurs. Un patron a fait les frais de ses dénonciations et a décidé de l'attaquer en diffamation, car il n'avait rien à se reprocher. Alain, tout sourire, confie à la caméra qu'un policier l'a surnommé Nestor Burma. Il a le chic pour surprendre celui qui l'attend le moins.

    La maison d'Alain regorge de dossiers en tous genres. Mais, comme le dit la voix-off, la plupart du temps les lettres d'Alain sont classées sans suite. Il a néanmoins réussi à faire virer un employé peu consciencieux de la RATP, ce dont il n'est pas peu fier. Et Alain ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Grâce à l'internet, il peut aujourd'hui verifier si ses concurrents sont en règle et envoyer le cas échéant une missive signée à l'administration concernée.

    Il n'y a pas dire, la jalousie aidant, les dénonciations calomnieuses ont encore de beaux jours devant elles...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :